Show Less

L’énonciation dans la poésie moderne

Approche linguistique des genres poétiques

Series:

Adam Aegidius

La définition de la poésie hante les poètes comme les chercheurs depuis longtemps. Mais peut-on la définir ? La poésie a-t-elle une essence ? Contient-elle des éléments qui lui sont propres ? Ou faut-il la considérer dans une perspective plus large ?
Ce livre examine la poésie moderne sous la perspective des genres et de l’énonciation.
La question des genres s’impose d’autant plus que certaines œuvres poétiques modernes habituellement décrites comme « inclassables » peuvent en fait être intégrées à des genres nouveaux. Parmi ceux-ci, les genres de l’épopée lyrique, de l’autofiction poétique et de la chronique poétique seront ici étudiés méthodiquement, ce qui permettra ainsi d’explorer les limites des genres poétiques modernes.
Fortement liée à cette problématique des genres, la question de l’énonciation conduit à se demander qui parle dans les textes. Celui qui parle dans la poésie, est-ce seulement, comme on l’a souvent affirmé, le « je » lyrique ? Et comment définir cette instance selon des principes linguistiques et énonciatifs ?

Prices

Show Summary Details
Restricted access

TROISIÈME PARTIE. APPROCHE POLYPHONIQUE DU SUJET LYRIQUE

Extract

TROISIÈME PARTIE APPROCHE POLYPHONIQUE DU SUJET LYRIQUE 277 CHAPITRE 1 Les instances énonciatives La question de savoir qui parle dans un texte est parmi les probléma- tiques les plus discutées tant dans l’analyse du discours que dans la polyphonie linguistique – en passant par la narratologie. Issue des théories bakhtinienne et ducrotienne, l’approche polyphonique semble appropriée à l’étude énonciative de la poésie moderne : l’apport de la polyphonie linguistique permet de manier un domaine conceptuel applicable à toute activité discursive, littéraire ou non. À l’opposé, la narratologie et les disciplines accolées (théorie de la réception (Jauss), herméneutique (Eco, Ricœur)) se limitent a priori à l’analyse des textes littéraires. Ces textes littéraires sont presque exclusivement constitués par des romans ou des nouvelles, en tout cas des textes appartenant au « champ générique » épique. Mis de côté les aspects rhétoriques, la question de l’énonciation polyphonique est rarement traitée de façon systématique dans la poésie : dans nombre de manuels ou de traités1 les aspects de l’énonciation sont réservés au mode du récit alors que la poésie n’est traitée qu’à travers les figures de style, les tropes et le rythme. L’ouvrage récent de Dürrenmatt2 remédie à ce défaut. À part La révolution du langage poétique3 qui, pourtant, ne considère que les relations des personnes grammaticales en omettant les phéno- mènes concernant la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.