Show Less

Théâtres d’Asie et d’Orient

Traditions, rencontres, métissages

Series:

Eve Feuillebois-Pierunek

Ce livre offre un panorama des formes théâtrales – traditionnelles ou modernes – d’Asie et d’Orient, du Japon au Maroc en passant par la Turquie et Israël, pour la première fois réunies en un même volume dans une perspective comparatiste. Deux espaces s’y dessinent, d’une part l’Extrême-Orient et l’Inde où l’art théâtral est une évidence et appartient à la « grande » littérature, et d’autre part le Moyen-Orient où son statut est moins assuré en raison de sa position mineure dans la hiérarchie des arts. De même, deux sortes de théâtres se succèdent, se complètent ou s’opposent : les formes traditionnelles, caractérisées par la stylisation et le recours à toute la palette des arts visuels et auditifs, et les formes modernes, partout inspirées de l’Occident, avec plusieurs types d’assimilation. Les articles de ce volume tentent de proposer une définition interculturelle du théâtre, d’en distinguer les genres et d’en déterminer les fonctions, en partant de la présentation des différentes expressions théâtrales traditionnelles. Ils étudient les modalités de rencontre de celles-ci avec le théâtre occidental, les métissages ou évolutions qui en ont résulté, les thématiques et aspects formels qui ont retenu l’attention des dramaturges modernes et contemporains d’Asie.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Le métathéâtre dans l’Inde classique. L’exemple de Rāma l’inestimable de Murāri (Xe siècle)

Extract

Le métathéâtre dans l’Inde classique L’exemple de Rāma l’inestimable de Murāri (Xe siècle)1 Judit TÖRZSÖK Université Charles-de-Gaulle Lille 3, UMR 7528 Mondes iranien et indien I. Popularité et méconnaissance de l’œuvre de Murāri La seule pièce de théâtre de Murāri qui ait survécu, l’Anargharāghava ou Rāma l’inestimable, a compté parmi les plus appréciées des érudits en Inde. Le grand nombre de commentaires qu’elle a suscités ainsi que la diffusion de ses manuscrits (les catalogues en mentionnent plus de quatre cents, dispersés sur tout le territoire indien)2 reflètent bien sa popularité et son importance dans la tradition sanskrite. Les strophes de Murāri sont parmi les plus souvent citées dans les anthologies (subhāṣita) ; Murāri fait clairement figure de poète préféré dans le Trésor des joyaux de citations (Subhāṣitaratnakoṣa) de Vidyākara (Ingalls, 1965 : 32). Malgré sa popularité en Inde, la littérature occi- dentale n’a jamais particulièrement goûté l’Anargharāghava. L’un des défauts que la littérature critique lui reproche souvent est son langage 1 Nous tenons à remercier H.N. Bhat de l’Institut français d’Indologie à Pondichéry d’avoir relu quelques passages difficiles de la pièce avec nous en clarifiant les manières dont Viṣṇubhaṭṭa les interprète, et d’avoir mis à notre disposition son édition de travail du commentaire Iṣṭārthakalpavallī. Toutes les citations...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.