Show Less

Atomes sous surveillance

Une histoire de la sûreté nucléaire en France

Series:

Cyrille Foasso

Cet ouvrage a reçu le prix Paul Biro 2013 Prévention des risques.

L’accident de Fukushima, 25 ans après la catastrophe de Tchernobyl, est venu rappeler au monde l’ampleur des conséquences possibles d’un accident nucléaire.
Comment s’est construite la gestion du risque nucléaire en France au cours des 70 années d’histoire de cette source d’énergie, tant lors de la conception, la construction ou l’exploitation des centrales ? Comment les spécialistes de la sûreté ont-ils répondu à la question de l’accident maximal à prendre en compte ? Quels ont été les critères de sélection des sites où implanter les installations nucléaires ? À quelle distance minimale des zones fortement peuplées ? C’est ce que découvrira le lecteur dans cet ouvrage qui s’appuie sur des sources d’archives inédites et des entretiens avec ses principaux acteurs.
Sur un plan sociologique, l’ouvrage met en lumière l’évolution du rôle des protagonistes du monde nucléaire français, entre promoteurs industriels, experts de sûreté et ingénieurs de l’administration chargés de son contrôle, dans un contexte mouvant où la sensibilité environnementale de l’opinion vient modifier le dialogue traditionnel entre ingénieurs des grands corps.
Cet ouvrage livre ainsi une grande fresque où les acteurs sont aussi bien les neutrons, les grandes agences gouvernementales, les colloques internationaux, que les ingénieurs du Corps des Mines ou les manifestations d’opposants.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

DEUXIÈME PARTIE. L’ÉLABORATION D’UNE DOCTRINE ET L’INSTITUTIONNALISATION DE LA SÛRETÉ EN FRANCE (1960-1970)

Extract

DEUXIÈME PARTIE L’ÉLABORATION D’UNE DOCTRINE ET L’INSTITUTIONNALISATION DE LA SÛRETÉ EN FRANCE (1960-1970) 127 CHAPITRE 4 La Commission de sûreté des installations atomiques (CSIA) 4.1. Le rôle de la Commission Au début de l’année 1960, une Commission de sûreté des installa- tions atomiques a été mise en place au sein du CEA pour examiner les dangers des activités atomiques du CEA. Il ne s’agit pas d’une instance consultative de « sages » mais d’une instance décisionnaire qui regroupe d’éminents spécialistes de l’énergie nucléaire, les grands directeurs du CEA, sous la présidence du haut-commissaire. La Commission s’appuie sur cinq bras séculiers, les sous-commissions chargées respectivement de la sûreté des piles, des masses critiques, des risques de contamination chimique ou radioactive, des sites, et des transports. Nous nous intéres- serons presque exclusivement à la plus importante de ces sous- commissions, la Sous-Commission de sûreté des piles (SCSP) placée sous la responsabilité de Jean Bourgeois. Elle dispose d’un groupe permanent d’ingénieurs, le Groupe Technique de Sûreté des Piles. Les bases méthodologiques d’examen de la sûreté sont posées grâce aux exemples américain et britannique. Il reste à examiner comment vont s’établir les rapports entre ces examinateurs et les responsables des projets, dans un premier temps au sein du commissariat, puis au contact des différentes organisations qui s’intéressent progressivement aux questions nucléaires. 4.1.1. Francis Perrin et le...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.