Show Less

Dire la croyance religieuse

Langage, religion et société

Series:

Edited By Benoît Kanabus and Julien Maréchal

Penser l’expression de la croyance religieuse, la saisir en tant qu’acte de parole, expression qui soit conjointement langage et action, tel est l’objectif de cet ouvrage collectif. À travers des contributions issues d’horizons divers mais complémentaires, mobilisant en particulier les ressources de l’anthropologie sociale, de la philosophie du langage et de la phénoménologie radicale, l’ouvrage présente l’acte de dire la croyance religieuse selon ses dimensions constitutives, telles que son adresse, son énonciation ou sa réception. Décrire l’acte de dire la croyance, c’est en effet replacer cet acte face à une réalité qu’il désigne et le réinsérer dans les pratiques d’un locuteur qui l’énonce et d’un interlocuteur qui le reçoit, que ce soit un individu ou une communauté.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PREMIÈRE PARTIE. L’EFFECTIVITÉ AFFECTIVE DES PAROLES DE FOI

Extract

PREMIÈRE PARTIE L’EFFECTIVITÉ AFFECTIVE DES PAROLES DE FOI 17 L’image est-elle à la doctrine ce que la parole est à l’écriture ? Modes de communication et les origines de la religion Jack GOODY University of Cambridge Il est difficile de se représenter l’origine de la religion (ses pratiques et ses croyances) quelle qu’en soit la définition, à moins d’avoir affaire à des animaux usant du langage. On peut dire que les primates présentent des formes embryonnaires des principales caractéristiques de la vie hu- maine, ayant la politique (la lutte pour la domination), la parenté (ou les relations familiales) et une économie (la recherche de moyens de subsis- tance), pour prendre les catégories anthropologiques habituelles ; mais présentent-ils des signes quelconques de pratiques religieuses ? Les morts, y compris ceux d’autres animaux, sont parfois évacués de ma- nière formelle. Cela n’indique pas vraiment une croyance religieuse. Tylor a vu le fondement de la religion dans ces pratiques1, qui ont attiré l’attention d’autres chercheurs et qui impliquent une certaine notion de continuité entre les morts et les vivants. Mais si l’on suit encore Tylor en prenant comme définition minimale de la religion « la croyance en des êtres spirituels », alors les croyances religieuses ne peuvent exister sans langage2. Un agent, divinité, âme ou force spirituelle de ce type re-  Traduction par les soins de J. Maréchal de l’article « Is Image to Doctrine as Speech to Writing ? Modes of Communication and the Origins of Religion », in H. White- house...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.