Show Less

La critique littéraire communiste en Belgique

"Le Drapeau Rouge" et "De Rode Vaan" (1944-1956)

Series:

Laurence van Nuijs

Souvent jugée sectaire et dogmatique, la production culturelle communiste de l’immédiat après-guerre et de la guerre froide n’a que rarement suscité des analyses approfondies, particulièrement dans le contexte belge qu’interroge ce livre. Proposant pour la première fois une analyse systématique de la critique littéraire dans les journaux communistes de l’époque (1944-1956), Laurence van Nuijs examine la conception de la littérature qui s’y développe au quotidien. Sur la base d’une méthodologie sociocritique, elle offre une lecture détaillée du discours en question, dont elle souligne la dimension collective, sans en ignorer les variantes individuelles. Son étude mobilise les concepts de nationalité, de canon et d’ histoire littéraire, qui permettent de rendre compte de la tension entre autonomie et hétéronomie en littérature, mais aussi de comparer, dans une perspective « nationale », l’organe francophone Le Drapeau Rouge et l’organe flamand De Rode Vaan. L’ouvrage comble ainsi une importante lacune dans les recherches littéraires et historiques, et met en lumière les possibilités herméneutiques d’une analyse discursive en contexte.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

TROISIÈME PARTIE. DE RODE VAAN

Extract

TROISIÈME PARTIE DE RODE VAAN 155 CHAPITRE VI Les écrivains belges francophones dans le Rode Vaan Comme nous l’avons vu précédemment, pour les critiques du Dra- peau Rouge, la littérature « nationale » exprime une certaine identité « belge ». Celle-ci repose sur plusieurs éléments, parmi lesquels l’inspiration populaire (wallonne, flamande ou belge, peu importe) et un « esprit » de résistance séculaire à l’oppression. Le facteur linguistique n’est pas pertinent : la « littérature belge » comprend aussi bien des écrivains belges d’expression française que des écrivains belges d’expression néerlandaise. Certes, un nombre plus élevé de contribu- tions est consacré aux écrivains d’expression française, mais là où il est question d’écrivains flamands, leur appartenance à un ensemble national « belge » est soulignée. Le déséquilibre entre les deux semble tenir au fait que le Drapeau Rouge s’adresse en première instance à un public francophone. Dans le Rode Vaan, un même déséquilibre s’observe en sens in- verse : un nombre plus élevé de contributions est consacré à des Belges d’expression néerlandaise. À première vue, cette situation peut être attribuée au fait que le Rode Vaan s’adresse à un public néerlandophone. Or, à y regarder de plus près, il s’avère que le discours du Rode Vaan est sous-tendu, de manière générale, par une autre délimitation « nationale » de la littérature. Le discours du Rode Vaan au sujet des écrivains belges d’expression française illustre parfaitement ce propos. Dans le Drapeau Rouge,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.