Show Less

Histoire du Conseil de l’Europe (1949-2009)

Préface par Marie-Thérèse Bitsch

Series:

Birte Wassenberg

Cet ouvrage retrace l’histoire de la première organisation qui s’est fixé pour objectif l’unification de l’Europe. Créé en 1949, le Conseil de l’Europe devait d’abord tirer les leçons de la Deuxième Guerre mondiale et contribuer au triomphe de la paix et de la démocratie. Le choix de Strasbourg comme siège de ses institutions devait symboliser la volonté de réconciliation entre les peuples. Constitué au départ par des États d’Europe occidentale, il a vocation à intégrer tous les pays du continent mais cet élargissement est retardé par la guerre froide. Ce n’est qu’après 1989 que le Conseil de l’Europe peut s’identifier à la « grande Europe ».
Organisation intergouvernementale, le Conseil de l’Europe est cependant doté, dès l’origine, d’une Assemblée parlementaire. Par la suite, c’est la Cour européenne des droits de l’homme qui devient l’institution phare dont les arrêts s’imposent aux États membres. Si sa finalité réside avant tout dans la promotion des valeurs démocratiques, le Conseil de l’Europe développe aussi une activité intense pour favoriser la coopération dans tous les domaines de la vie sociale. Confronté à l’évolution de l’Union européenne, il cherche constamment à redéfinir sa place dans les relations internationales. À l’aube du XXI e siècle, ces deux organisations sont-elles condamnées à être concurrentes ou capables de devenir complémentaires ?

Prices

Show Summary Details
Restricted access

DEUXIÈME PARTIE. UNE ORGANISATION EN PERTE DE VITESSE : DU PREMIER ÉLARGISSEMENT DE LA CEE À LA CHUTE DU MUR DE BERLIN (1969-1989)

Extract

DEUXIÈME PARTIE UNE ORGANISATION EN PERTE DE VITESSE : DU PREMIER ÉLARGISSEMENT DE LA CEE À LA CHUTE DU MUR DE BERLIN (1969-1989) 217 Introduction Notre idée de la maison européenne commune […] est née de la prise de conscience du fait que l’évolution linéaire des réalités intereuropéennes, qui s’est poursuivie jusqu’au dernier quart du 20e siècle, ne correspond plus à ces réalités. […] En fait, il s’agit d’une restructuration de l’ordre internatio- nal établi en Europe, qui pourrait faire avancer résolument au premier plan les valeurs européennes et substituer l’équilibre des intérêts à l’équilibre tra- ditionnel1. Le 6 juillet 1989, quatre mois avant la chute du mur de Berlin, Mik- haïl Gorbatchev choisit le Conseil de l’Europe comme tribune pour présenter sa vision d’une maison commune européenne. Son choix n’est pas innocent. L’Organisation de Strasbourg œuvre depuis les années 1960 en faveur d’un rapprochement avec les pays de l’Est en multipliant les contacts sur le plan politique et les coopérations sur le plan tech- nique. C’est un moyen pour elle de se démarquer face à une CEE de plus en plus importante sur la scène internationale. Pendant la période de 1969 à 1989, le Conseil de l’Europe se trouve de plus en plus à l’ombre d’une CEE qui s’élargit à une partie de ses États membres et qui empiète sur ses domaines d’intervention. Après l’adhésion du Royaume-Uni, de l’Irlande...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.