Show Less

« Je vous parlerai la langue de l’Europe … »

La francophonie en Russie (XVIIIe-XIXe siècles)

Series:

Elena Gretchanaia

La littérature francophone hors de France aux XVIII e et XIX e siècles est un phénomène culturel encore peu exploré, que cet ouvrage propose de découvrir à partir du cas russe, et sur la base même des textes. Parmi ces auteurs francophones, on trouvera l’impératrice Catherine II, Mme de Krüdener, guide spirituel d’Alexandre I er, la princesse Volkonskaia, surnommée la « Corinne du Nord », le comte Chouvalov ou encore le prince Belosselskiï, mais aussi de nombreuses autres personnalités pratiquement inconnues et dont les écrits, souvent inédits, témoigneront de l’ampleur de la littérature d’expression française en Russie.
Que signifie l’adoption du français en Russie et comment s’opère, par son intermédiaire, l’intégration dans un contexte culturel européen ? En se penchant sur ces questions, cet ouvrage éclairera le dialogue entre différentes cultures ainsi que le rayonnement de la culture française en Europe, à travers une galerie de personnages historiques à la forte singularité.
Dans une riche annexe figureront de nombreux écrits en français : lettres, poèmes, récits, souvenirs.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE IV. Se divertir.

Extract

183 CHAPITRE IV Se divertir Le français devient en Russie la langue des divertissements mon- dains qui représentent, au XVIIIe siècle, une innovation. Le chevalier d’Éon écrit, en 1759, à propos de la cour d’Élisabeth Petrovna et des maisons des grands seigneurs : « Il m’a paru qu’on avoit dans cette cour assez de gout pour les amusemens et le plaisir, mais je crois aussi qu’il n’y a pas asses de talent pour les varier ; l’agrément de la société ne s’y est pas encore fait gouter. Peu de gens tiennent des maisons où on ait un accès libre et facile qui se ressente du commerce familier et qui aie le ton de l’amitié »1. Le modèle français de la sociabilité et des divertissements mondains s’affirme pleinement dans la société russe lors du règne de Catherine II. Plusieurs textes témoignent de cette pratique de s’amuser en société : des poèmes de circonstances et des petits récits en prose, tant publiés que conservés dans les archives, des pièces théâtrales qui font partie du théâtre de société. Sur l’exemple des recueils collectifs français des XVIIe-XVIIIe siècles, Nikolaï Karamzine publie en 1794 à Moscou un petit livre intitulé Les Amusemens de Znamenscoé. Ce recueil comporte des écrits ludiques produits dans une société de parents et d’amis qui passait son temps dans cette campagne2. Les auteurs en sont Karamzine lui-même, Platon Beketov, un de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.