Show Less

« Je vous parlerai la langue de l’Europe … »

La francophonie en Russie (XVIIIe-XIXe siècles)

Series:

Elena Gretchanaia

La littérature francophone hors de France aux XVIII e et XIX e siècles est un phénomène culturel encore peu exploré, que cet ouvrage propose de découvrir à partir du cas russe, et sur la base même des textes. Parmi ces auteurs francophones, on trouvera l’impératrice Catherine II, Mme de Krüdener, guide spirituel d’Alexandre I er, la princesse Volkonskaia, surnommée la « Corinne du Nord », le comte Chouvalov ou encore le prince Belosselskiï, mais aussi de nombreuses autres personnalités pratiquement inconnues et dont les écrits, souvent inédits, témoigneront de l’ampleur de la littérature d’expression française en Russie.
Que signifie l’adoption du français en Russie et comment s’opère, par son intermédiaire, l’intégration dans un contexte culturel européen ? En se penchant sur ces questions, cet ouvrage éclairera le dialogue entre différentes cultures ainsi que le rayonnement de la culture française en Europe, à travers une galerie de personnages historiques à la forte singularité.
Dans une riche annexe figureront de nombreux écrits en français : lettres, poèmes, récits, souvenirs.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE V. Entrer dans la littérature française

Extract

205 CHAPITRE V Entrer dans la littérature française 1. Les ambitions d’un jeune prince russe : Boris Golitsyne À la veille de la Révolution de 1789, et au cœur de celle-ci, « un jeune seigneur Russe » entreprend de devenir un écrivain français. Il s’agit du prince Boris Vladimirovitch Golitsyne (1769-1813). Depuis 1776, le gouverneur de Boris et de son frère cadet Dmitriï est le Suisse Michel Olivier. Les lettres de Boris enfant à sa mère, la princesse Nata- lia Golitsyna, sont rédigées en français ; une lettre en anglais témoigne de son apprentissage, simultané, de cette langue1. Dans une lettre de Boris à sa mère, de 1781, on peut lire : « Mon livre dont vous me demandez des nouvelles, je le crois fort avancé à moins que je n’y ajoute quelque chose, la première partie est achevée, Mr Olivier a seulement corrigé quelques fautes de Français »2. Un petit cahier relié en carton porte cette inscription par la main de Natalia Golitsyna : « Baris3 a ecris ce livre a lage de 11 : ans »4. Le cahier imite un livre, le titre en est La vie de Marcus Porcius Caton surnommé d’Utique, et en bas sont indiqués le lieu et la date : St. Petersbourg 1782 (Boris a treize ans et non pas onze). Ce livre contient l’« Épitre Dédica- toire à la Jeune Noblesse Russe » et les « Reflexions preliminaires », « la vie » elle-même ne s’est pas conservée. Les « Reflexions prelimi- naires » portent l’empreinte...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.