Show Less

La traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse et le dilemme du destinataire

Préface de Jean Perrot

Series:

Roberta Pederzoli

La traduction littéraire d’enfance et de jeunesse s’impose aujourd’hui non seulement comme une réalité éditoriale importante, mais aussi comme un domaine théorique en pleine expansion. Dans ce contexte, le présent ouvrage se propose de développer une réflexion générale, théorique et appliquée à même de mettre à jour les enjeux et les caractéristiques de la traduction littéraire d’enfance et de jeunesse. Pour ce faire, il entend présenter une méthodologie d’étude innovante, combinant analyse qualitative et analyse quantitative, permettant à la fois de mieux saisir les particularités stylistiques des traductions, et de mieux les confronter à leurs textes de départs respectifs. En outre, il vise à remettre en cause l’approche « target-oriented », très désaxée en faveur du lecteur enfant, souvent au détriment de la spécificité littéraire et esthétique du texte original, qui prévaut dans la pratique mais constitue aussi un courant théorique fort concernant la traduction de jeunesse.
L’analyse est fondée sur de nombreux exemples, tirés d’un corpus de textes contemporains traduits en français, italien et allemand, et qui sont étudiés à la lumière des acquis de la théorie de la traduction littéraire d’enfance et de la traductologie générale, intégrant également les travaux de la critique littéraire spécialisée. Ainsi plusieurs aspects parmi les plus significatifs de la traduction destinée aux enfants seront abordés : des questions liées à la médiation culturelle, aux normes et aux manipulations à l’œuvre dans les textes d’arrivée, en passant par une réflexion sur la notion, très controversée, de « lisibilité ».

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE1. Littérature(s) et lecteur(s)

Extract

29 CHAPITRE 1 Littérature(s) et lecteur(s) I. Littérature ou littératures ? A. Définition(s) de la littérature d’enfance et de jeunesse La littérature d’enfance et de jeunesse représente désormais pour nos sociétés occidentales et notamment européennes un phénomène culturel, littéraire et commercial dont on ne saurait plus nier l’importance ni l’intérêt. Toutefois, malgré la consolidation à tous les niveaux de ce secteur de la production littéraire, qui s’est imposé non seulement comme force éditoriale cruciale, mais aussi comme discipline critique et académique, la littérature de jeunesse demeure un domaine au statut délicat et aux contours insaisissables et flottants (cf. Chelebourg et Marcoin 2007 : 7). Beaucoup de débats concernent deux aspects essentiels, particuliè- rement controversés : ce qu’il faut entendre par littérature de jeunesse et quels critères théoriques il faut adopter pour l’étudier. Ce qui implique la question radicale de la nature de cette production littéraire : littérature avec « L » majuscule ou littérature « autre », différente et distincte de la littérature générale (et notamment de la « grande» littérature) ? En ce qui concerne la question de la définition, on pourrait citer plu- sieurs approches et points de vue différents. En 1975, Marc Soriano définit cette production littéraire en fonction de son destinataire, en mettant l’accent sur les faiblesses de ce dernier en termes de facultés...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.