Show Less

Fantastique et révolte chez Jean Muno et Hugo Raes

Series:

Asa Josefson

Le fantastique belge a souvent été considéré comme l’expression d’une révolte contre le conformisme de l’ordre établi. Cette idée constitue le point de départ du présent ouvrage, consacré aux expressions de la révolte chez deux écrivains belges, Jean Muno (1924–1988), francophone, et Hugo Raes (1929-), néerlandophone.
Il ne s’agit pas tant ici d’une étude comparée de leurs œuvres respectives, trop différentes/distinctes pour pouvoir se prêter à une telle approche, mais de la mise en valeur d’une thématique qui relie deux écrivains du même pays et de la même génération, tous deux actifs dans le domaine de la littérature de l’imaginaire.
L’objectif de cet ouvrage est double. Dans un premier temps, on relèvera et analysera les différentes composantes constitutives de la révolte dans leurs textes. Ensuite, on étudiera par le détail les particularités de leur fantastique à l’aide d’un modèle inspiré par la théorie des prototypes, telle qu’elle a été formulée par Eleanor Rosch.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion générale

Extract

Le but de cette étude était de mettre en valeur la thématique de la ré- volte dans les textes de deux écrivains belges de la même génération, Jean Muno, de langue française, et Hugo Raes, de langue néerlandaise. Nous nous sommes basée sur un corpus de textes relevant de l’imagi- naire, à une exception près, dont nous espérons que le lecteur aura bien voulu nous excuser, vu la grande importance que revêt Het smaràn de Raes pour le sujet de l’étude. Parallèlement à l’analyse de la thématique de la révolte, existentielle chez Muno, dirigée contre la société chez Raes, nous avons à l’aide du modèle élaboré au début de cette étude, inspiré par la théorie des prototypes, tenté de jeter une lumière nouvelle sur l’appartenance générique des textes analysés. Souvent étiquetés « fantastiques », parfois explicitement revendiqués comme tels, comme c’est le cas du recueil De Vlaamse Reus. Fantastische verhalen de Raes, il nous semble que la réalité est plus complexe, d’où la place accordée à ce sujet. Nous reviendrons sur ce point à la fin de cette conclusion. Quelle que soit leur relation précise avec le fantastique et avec la thématique de la révolte, les deux écrivains semblent malgré tout liés par leur appartenance à une tradition commune belge, traversant la frontière linguistique. Il y a certes une démarcation nette entre le...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.