Show Less

L’interface prosodie/syntaxe en français

Dislocations, incises et asyndètes

Series:

Mathieu Avanzi

Dans cet ouvrage, l’auteur dresse un bilan des différentes hypothèses émanant des publications portant sur l’interface prosodie/syntaxe au cours de ces trente dernières années. Sur la base d’un échantillon de plus d’un millier de séquences extraites de larges corpus de français parlé authentique, il se propose ensuite de tester empiriquement la couverture des hypothèses en présence, afin de les valider ou de les reformuler, le cas échéant. Les données sont traitées semi-automatiquement avec des outils d’annotation prosodique développés à dessein, et l’analyse s’appuie sur les outils de la statistique en vue d’évaluer de façon détaillée le poids des indices syntaxiques et prosodiques influant sur le phrasé de configurations que l’on appelle dislocations, incises et asyndètes en français.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 8. Conclusion

Extract

291 CHAPITRE 8 Conclusion Le but de cet ouvrage était de décrire le phrasé prosodique de constructions syntaxiques plus ou moins bien étudiées dans la littérature sur le français, avec des outils nouveaux, à savoir : le recours à l’analyse systématique de collections conséquentes d’énoncés extraits de corpus de français authentique et l’utilisation de logiciels de traitement semi- automatique de la prosodie. Le but in fine étant de vérifier empirique- ment la couverture des règles traditionnelles permettant de rendre compte des contraintes d’alignement entre constituance syntaxique et constituance prosodique. Je récapitule dans ce chapitre les principaux résultats obtenus (§1), et discute les conséquences qu’ils ont sur notre connaissance de l’interface prosodie/syntaxe (§2). 1 Résumé des principaux résultats obtenus Lorsque j’ai fait de la somme des connaissances actuelles sur la prosodie du français au chapitre 2, j’ai montré que les modèles développés jusqu’à présent avaient surtout été conçus en vue de générer la structure prosodique à partir du texte, donc de la syntaxe, principale- ment, et que l’on ne disposait pas, pour le moment, d’outils qui permettent de traiter la structure prosodique sur des bases acoustiques stricto sensu. Pour combler cette lacune, je me suis proposé de poursuivre le travail commencé par Lacheret-Dujour & Victorri (2002) et Lacheret-Dujour (2003), et de contribuer à l’élaboration d’un logiciel capable de traiter semi-automatiquement la structure prosodique du français parlé, le logiciel Analor, présent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.