Show Less

Robert Schuman – Conseiller général de la Moselle – 1937-1949

Series:

François Roth and Jacques Hennequin

Robert Schuman a été un serviteur attentif et efficace de la Moselle, notamment en tant que conseiller général de Cattenom. Cet ouvrage livre une approche originale du mandat le moins connu du Père de l’Europe que celui-ci occupe à une période charnière (1937-1949), avant que sa carrière ministérielle ne l’écarte progressivement de l’assemblée départementale.
Dépassant la seule dimension biographique, ce volume contribue ainsi à une meilleure connaissance de l’histoire institutionnelle et politique de la Moselle tout en soulignant l’attachement de Robert Schuman à un territoire sur lequel s’est enraciné son engagement européen.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract

Robert Schuman, conseiller général de la Moselle ? Peut-on au terme de cette analyse dresser un bilan ? Dès son arrivée au Conseil général, le préfet faisait cette remarque : « M. Schuman dont la personnalité s’est imposée dans la première séance et n’a cessé de s’exercer avec auto- rité. » Jusqu’en juin 1946, Schuman participa à tous les débats et intervint sur de très nombreux sujets, sans négliger les plus limités et les plus techniques. Dans l’exercice de ce mandat, on retrouve les traits caractéristiques de sa personnalité : approche claire des questions, toujours plus pragmatique que théorique, recherche des solutions accep- tables par tous, recherche de solutions de conciliation. Il avait le souci d’améliorer les méthodes de travail du Conseil général et de bien distinguer les niveaux de compétence ; il savait donner à ses collègues mosellans la dimension nationale des problèmes et distinguer ce qui était de la compétence du conseil et de la compétence et du devoir de l’État. Schuman est toujours à la recherche d’une solution concrète applicable. Lors d’un débat en 19461, il concluait par cette phrase révélatrice : « J’ai le souci d’aboutir le plus vite possible à des conclu- sions et à des réalisations pratiques. » Ou encore : « Il vaut mieux faire l’expérience pratique des nouvelles méthodes que de rédiger des textes. » Quand il était seulement député, Schuman était très assidu...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.