Show Less

La destruction dans l’histoire

Pratiques et discours

Edited By Didier Martens, David Engels and Alexis Wilkin

Depuis les origines mêmes de la civilisation, l’expérience de la fragilité de toute création humaine a amené l’homme à essayer de trouver un sens à la possible destruction – volontaire ou naturelle – de ce qu’il aime et de ce qui le fait vivre. C’est autour de ces grandes questions – quelle est l’importance réelle de l’acte destructeur dans l’histoire et dans quelle mesure cet acte est-il présenté, condamné ou légitimé par les contemporains ? – que s’est cristallisé le projet de recherche « La destruction dans l’histoire » mis sur pied, depuis 2009, au sein du centre de recherches SOCIAMM de l’Université libre de Bruxelles, et dont l’aboutissement est le présent volume collectif interdisciplinaire. Il réunit onze contributions consacrées à différentes déclinaisons dans le temps et dans l’espace d’un seul et unique phénomène, celui des destructions volontaires d’objets matériels, et invite à un parcours qui va de la Rome antique jusqu’à Bruxelles à l’aube du XX e siècle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

La destruction du Saint-Sépulcre d’après Raoul Glaber et Adémar de Chabannes - Arnaud KNAEPEN et Nicolas SCHROEDER

Extract

163 La destruction du Saint-Sépulcre d’après Raoul Glaber et Adémar de Chabannes Arnaud KNAEPEN et Nicolas SCHROEDER (F.R.S.-FNRS) I. Introduction De tous les lieux prétendument liés à la vie du Christ, le Saint- Sépulcre est considéré, depuis le règne de Constantin, comme l’un des plus importants. Témoin par excellence du miracle de la Résurrection, ce tombeau constituait un but de pèlerinage privilégié pour les chrétiens qui choisissaient de se rendre en Terre sainte1. Il n’est guère surprenant que sa démolition, entreprise en 1009 sur ordre du calife fatimide al- Hākim bi-Amr Allah, ait marqué certains esprits2. En Orient, l’événement retint l’attention de plusieurs auteurs arabes ou persans, qui en donnèrent un récit relativement détaillé – au contraire de l’historio- 1 Le Saint-Sépulcre a fait l’objet d’un nombre considérable d’études, dont il est impossible de dresser ici la liste exhaustive. On distinguera, outre le travail fondateur de Karl Schmaltz (Mater Ecclesiarum. Die Grabeskirche in Jerusalem. Studien zur Geschichte der kirchlichen Baukunst und Ikonographie in Antike und Mittelalter, Strasbourg, J.H. Heitz, 1918), la récente synthèse historique de Colin Morris, (The Sepulchre of Christ and the Medieval West. From the Beginning to 1600, Oxford, 2005), ainsi que les dernières mises au point archéologiques et architecturales d’Osvaldo Garbarino (« Il Santo Sepolcro di Gerusalemme. Appunti di ricerca stori- co-architettonica », in Liber Annuus, 55, Milan, 2005, p. 239-314) et de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.