Show Less

Stratégies et politiques de reconnaissance et d’identité

Les Indiens wayuu et le projet minier du Cerrejón en Colombie

Series:

Claudia Puerta Silva

Le Cerrejón est une opération d’exploitation à grande échelle de charbon minéral à ciel ouvert dans la péninsule Guajira. Ce projet minier, dont les installations se composent d’une mine, d’une voie ferrée et d’un port maritime, date de la fin des années 1970, fruit d’une association entre l’État colombien et une filiale d’Exxon, multinationale états-unienne. L’installation de la mine, transformant le territoire, l’économie ainsi que l’ordre social et politique, fut un événement fondamental dans l’histoire des Wayuu ou Goajiros, habitants ancestraux de la péninsule, qui virent leurs conditions de vie bouleversées. Cette étude propose une analyse du processus d’articulation des Indiens au projet minier. Les questions se centrent sur les relations entre les Wayuu, la multinationale et l’État, sur une période de près de trente ans (1976-2004).
L’analyse aborde deux processus en interrelation. Le premier est l’activation de stratégies par les Wayuu, pour faire face et s’adapter à ce projet géo-politico-économique. Le second est celui des mécanismes mis en œuvre par l’État et la multinationale pour installer la mine et assurer sa viabilité et sa sécurité. Les Wayuu n’ont pas résisté au « développement ». Ils en ont réinterprété les perspectives afin d’envisager leurs projections de vie, à l’aune de leurs nouvelles conditions d’existence. Le développement s’est progressivement constitué dans une dimension politique renvoyant à une théorie de gestion du futur garantissant les axes de la reproduction socioethnique wayuu. C’est à travers la production d’une politique de revendication identitaire que les Wayuu se sont finalement articulés au projet minier, promis à durer trente ans de plus, sans pour autant se soumettre à son « inévitabilité ».

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Préface

Extract

Harlan KOFF et Carmen MAGANDA Le Consortium pour la recherche comparative sur l’intégration ré- gionale et la cohésion sociale (RISC pour son sigle en anglais) a l’immense plaisir de vous présenter le Dr Claudia Puerta Silva, gagnante du deuxième prix Stephen P. Koff (2011). Le consortium RISC attribue cette marque d’excellence à une thèse de doctorat réalisée en partenariat avec les instituts membres développant une réflexion scientifique dans le domaine de recherche lié à la cohésion sociale. Ce prix, dont les fonds émanent d’une donation privée, entend notamment rendre hom- mage à un homme dont la perspicacité intellectuelle et les qualités humaines ont marqué la vie de nombreuses personnes. Le Dr Stephen P. Koff a obtenu ses diplômes en sciences politiques à l’Université d’Indiana (licence) et celle de Columbia (maîtrise et doctorat). Il a d’abord entamé sa carrière en tant qu’enseignant, respec- tivement dans Brooklyn College et Hunter College, pour ensuite devenir professeur à Syracuse University où il va s’établir en 1957. Très engagé dans le développement de la communauté universitaire de Syracuse, le professeur Koff y passera l’intégralité de sa carrière universitaire qui s’étend sur quatre décennies. Durant son séjour, il va activement parti- ciper au développement de la Maxwell School of Citizenship, avec un engouement particulier pour ses programmes internationaux. Dans la même foulée, le professeur Koff va fonder le centre académique de la Syracuse...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.