Show Less

À l’avant-garde !

Art et politique dans les années 1960 et 1970

Series:

Edited By Malika Combes, Igor Contreras Zubillaga and Perin Emel Yavuz

Les années 1960 et 1970 ont vu se développer un art de la contemporanéité faisant interagir l’œuvre d’imagination et l’intelligibilité de la société, souvent dans des actions collectives et interdisciplinaires. Ainsi les mouvements de contestation en faveur d’un nouvel équilibre mondial et sociétal apparaissent-ils comme le pendant politique de l’éclatement des catégories et des pratiques artistiques, et inversement. Ils inscrivent la perception de ces années-là comme celles d’une marche commune de l’avant-garde artistique et de l’avant-garde politique, c’est-à-dire des nouvelles manières d’intervenir dans le champ artistique et de celles qui, dans le champ du pouvoir, s’inscrivent en dehors des voies de la politique classique. Avec pour objet des œuvres issues des avant-gardes artistiques des années 1960 et 1970, les études de cas interdisciplinaires qui composent cet ouvrage reviennent sur ce parallèle afin de le questionner et d’examiner en détail les multiples interpénétrations qui se sont nouées entre art et politique à ce moment historique marqué par de profondes transformations socio-culturelles.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

L’ambiguïté politique de l’avant-garde artistique sous le franquisme. L’exemple du festival Encuentros de Pampelune (1972) : Igor CONTRERAS ZUBILLAGA

Extract

109 L’ambiguïté politique de l’avant-garde artistique sous le franquisme L’exemple du festival Encuentros de Pampelune (1972) Igor CONTRERAS ZUBILLAGA Doctorant, CRAL-EHESS Ernest Hemingway, dans son deuxième roman Le Soleil se lève aussi (1926), dont une partie se situe dans la ville de Pampelune, écrivait : La fête avait véritablement commencé. Elle dura ainsi, jour et nuit, pendant sept jours. On continua à danser, à boire et à faire du bruit. Les choses qui arrivaient ne pouvaient être arrivées que pendant une fête. Tout devenait fi- nalement assez irréel et on avait le sentiment que rien ne pouvait avoir de conséquence. Il semblait déplacé de penser aux conséquences pendant la fête1. Cette longue fête qui avait tant impressionné le célèbre romancier sont les Fêtes de San Fermín ; un événement aujourd’hui mondialement connu qui se déroule annuellement entre le 6 et le 14 juillet transformant littéralement l’espace public de la capitale de la Navarre. En 1972, quelques jours avant ce spectacle populaire à grand échelle, un autre événement de différente nature mais tout aussi singulier bouleverse cette petite ville de province d’à peine 150 000 habitants2 : les Encuentros (Rencontres) de Pampelune, un festival de grande ampleur où sont privilégiées les esthétiques les plus radicales et expérimentales, comme 1 Hemingway, Ernest, Fiesta [1927], Londres, Jonathan Cape, 1967, p. 177-178. Ce roman, publié en 1926 dans la maison d’édition américaine Scribner...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.