Show Less

La phénoménologie à l’épreuve des sciences humaines

Series:

Edited By Bruno Frère and Sébastien Laoureux

Au fondement de cet ouvrage, un constat : les usages croissants de méthodes phénoménologiques en sciences humaines. Depuis plusieurs années en effet, émerge le souci, un peu partout dans les sciences humaines, de rompre avec des approches surplombantes du monde, des espaces, des sujets. Aujourd’hui, la phénoménologie semble être la perspective la plus pertinente pour répondre à cette exigence.
À travers le spectre de leur discipline (sociologie, anthropologie, psychiatrie, psychanalyse, géographie, théorie sociale), des praticiens exposent dans cet ouvrage en quoi ils revendiquent un point de vue et une approche proprement phénoménologiques face à des difficultés que les méthodes usuelles de leurs disciplines respectives ne parviennent pas à surmonter. Pour ce faire, ils ont à la fois recourt à la pratique en livrant des exemples concrets, des « terrains » et des « cas » bien spécifiques, et à la théorie, en exposant leurs univers théoriques de références et en privilégiant certains auteurs phénoménologues.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

L’opposition du monde vécu et du monde technique dans l’élevage d’animaux de rente : Usages de la notion de participation, entre phénoménologie et anthropologie - Fréderic KECK

Extract

89 L’opposition du monde vécu et du monde technique dans l’élevage d’animaux de rente Usages de la notion de participation, entre phénoménologie et anthropologie Fréderic KECK Centre national de la recherche scientifique Les Bororos sont des Araras Les animaux d’élevage, ou plus précisément de rente27, font rarement l’objet d’un discours savant, en dehors des savoirs zootechniques qui, depuis le dix-huitième siècle, ont fait se succéder les modèles sélection- niste, cybernétique et génétique pour représenter l’animal comme une machine à produire des performances calculables (Larrère, Larrère, 2001 et 2005). Pourtant, depuis les abattages massifs à titre préventifs qui ont suivi les grandes épizooties de la « vache folle » et de la « grippe aviaire » des préoccupations se sont fait jour concernant la situation des animaux d’élevage, qui ont accompagné les préoccupations des zootechniciens eux-mêmes pour le « bien-être animal » (Burgat, Dantzer, 1997). Surtout, la mise en lumière médiatique des conditions dans lesquelles les animaux de rente sont élevés, nourris, transportés et abattus a suscité, en même temps qu’une inquiétude sur la sécurité et la justification éthique de l’alimentation carnée, un besoin de représenter publiquement les conditions de vie de ces animaux autrement qu’à travers les grilles de la zootechnie. C’est ainsi que l’on peut expliquer le 27 Nous entendons par animaux de rente les animaux (notamment bovins, ovins, porcins et aviaires) qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.