Show Less

Jacques Laffitte

Roi des banquiers et banquier des rois

Virginie Monnier

Dans un monde où tous les banquiers sont ou ont été négociants et appartiennent à des dynasties parfois fort anciennes, Jacques Laffitte (1767–1844) fait figure d’outsider.
Fils d’un charpentier, il a certes bénéficié des bouleversements sociaux de son époque : il est le premier commis de banque de l’Histoire à avoir succédé directement à son patron, le célèbre Perregaux, tant à la tête de son établissement qu’au Conseil de Régence de la Banque de France ; mais – peut-être parce qu’aucune tradition ne l’entravait – il a su aussi envisager de manière radicalement nouvelle le métier de banquier, et proposer aux élites un regard insolemment novateur sur la gestion des finances publiques.
Son engagement politique découle de son libéralisme, mais là encore il se distingue : banquier de Napoléon qu’il n’aimait pas, opposé à Louis XVIII qui l’avait pourtant nommé gouverneur de la Banque de France, il porta sur le trône Louis-Philippe d’Orléans dont il devint très vite le plus farouche adversaire.
Enfin, en 1837, à 70 ans, avec la création de sa Caisse Générale du Commerce et de l’Industrie, il ouvrit la voie aux grands établissements de crédit tels que nous les connaissons aujourd’hui.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PREMIÈRE PARTIE : ITINÉRAIRE D’UN SELF-MADE-MAN

Extract

PREMIÈRE PARTIE ITINÉRAIRE D’UN SELF-MADE-MAN 23 CHAPITRE 1 Naissance (1767) et enfance à Bayonne. Apprentissage chez Formalaguès (1781-1787). C’est pour ses petits-enfants Églé et Napoléon-Joseph Ney de La Moskowa, respectivement âgés de douze et sept ans, que Jacques Laf- fitte entreprend la rédaction de l’histoire de sa vie. Il est alors dans sa soixante-dix-septième année et, se retournant sur son passé, contemple son extraordinaire carrière avec une vanité enfantine. Il est conscient de ce défaut et le tempère par une bonhomie joviale à travers laquelle se devinent ses origines gasconnes : Pierre le Grand, d’empereur qu’il était, est descendu à devenir charpentier ; moi, de simple apprenti charpentier que j’étais, je suis parvenu à fonder une dynastie nouvelle. Cette dynastie nouvelle est-elle la sienne, car dans les veines de ses petits-enfants coule le sang du maréchal Ney, le « brave des braves », fils de tonnelier devenu duc d’Elchingen et prince de La Moskowa ? Ou plutôt celle des Orléans que lui, Jacques Laffitte, a installée sur le trône en 1830 ? Les deux sans doute. Toujours est-il que l’histoire de celui qui se laisse volontiers surnommer « le roi des banquiers et le banquier des rois » commence comme un conte de fées. Il était une fois... « un pauvre charpentier qui avait pour toute fortune dix enfants à nourrir »1. Nous sommes à Bayonne, à la fin du règne de Louis XV. Pierre Laffitte, né aux alentours de 1725 et son épouse Étiennette Rogère...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.