Show Less

Représenter le patronat européen

Formes d’organisation patronale et modes d’action européenne

Series:

Edited By Hélène Michel

L’emprise des milieux d’affaires sur le cours de la construction européenne est un fait tellement bien admis qu’il a conduit les observateurs à ne voir dans les organisations patronales que des groupes de pression et à délaisser l’histoire et la sociologie du syndicalisme patronal européen. Or ce syndicalisme patronal, qui plus est européen, ne va pas de soi.
Comment les intérêts patronaux peuvent-ils être représentés et défendus comme « européens » alors qu’ils sont très hétérogènes et qu’ils ne sont pas également affectés par la construction européenne ? Comment des organisations parviennent-elles à faire entendre la voix d’un patronat européen ? Comment cette représentation s’articule-t-elle avec des formes nationales et internationales de représentation ? Comment les représentants patronaux participent-ils à la politique européenne ?
Les neuf chapitres de l’ouvrage collectif répondent à ces questions en étudiant les histoires tout à la fois nationales et européennes d’organisations (Businesseurope, CEEP, UEAPME, CNPF/Medef) et les différentes formes de représentation des entreprises et des patrons européens. L’étude de la genèse et de la structuration d’organisations patronales européennes montre le rôle qu’elles jouent dans l’histoire de la construction européenne et la place qu’elles ont acquises dans le fonctionnement de l’Union européenne.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 4. Pourquoi et comment investir Bruxelles ? Le temps long de l’institutionnalisation du bureau permanent du CNPF à Bruxelles (Yohann MORIVAL)

Extract

93 CHAPITRE 4 Pourquoi et comment investir Bruxelles ? Le temps long de l’institutionnalisation du bureau permanent du CNPF à Bruxelles Yohann MORIVAL Doctorant au Centre Maurice Halbwachs (EHESS-ENS) Longtemps perçu comme inéluctable, le passage à Bruxelles d’un groupe d’intérêt national ou local n’est pourtant qu’un mode d’action parmi d’autres, qu’il convient de dissocier de la prise en charge des questions européennes1. Ainsi, Andy Smith et Olivier Costa ont démon- tré que certains acteurs du secteur vitivinicole bordelais étaient amenés à privilégier l’action via l’échelle locale à un investissement direct de l’espace bruxellois2. De plus, la présence à Bruxelles peut prendre une multiplicité de forme dont le bureau de représentation n’est qu’un exemple. Si l’option « bureau » est choisie par la plupart des associa- tions bancaires allemandes, elle n’est pas utilisée par les banques britan- niques qui recourent plutôt aux services de cabinets d’affaires pu- bliques3. La présence à Bruxelles ne va donc pas de soi et les modalités de cette éventuelle présence non plus. 1 Marks Gary, MacAdam Doug, « Social Movements and the Changing Structure of Political Opportunity in the European Union », West European Politics, 19(2), 1996), p. 249-278. 2 Costa Olivier, Smith Andy, « Défendre le vin de Bordeaux, Pluralité des modes de représentation et articulation des niveaux d’intervention », in Michel Hélène (dir.), Lobbyistes et lobbying de l’Union européenne, Trajectoires, formations et pratiques des représentants d’intérêts, Strasbourg, PUS, 2005, p. 299-319. 3...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.