Show Less

Représenter le patronat européen

Formes d’organisation patronale et modes d’action européenne

Series:

Edited By Hélène Michel

L’emprise des milieux d’affaires sur le cours de la construction européenne est un fait tellement bien admis qu’il a conduit les observateurs à ne voir dans les organisations patronales que des groupes de pression et à délaisser l’histoire et la sociologie du syndicalisme patronal européen. Or ce syndicalisme patronal, qui plus est européen, ne va pas de soi.
Comment les intérêts patronaux peuvent-ils être représentés et défendus comme « européens » alors qu’ils sont très hétérogènes et qu’ils ne sont pas également affectés par la construction européenne ? Comment des organisations parviennent-elles à faire entendre la voix d’un patronat européen ? Comment cette représentation s’articule-t-elle avec des formes nationales et internationales de représentation ? Comment les représentants patronaux participent-ils à la politique européenne ?
Les neuf chapitres de l’ouvrage collectif répondent à ces questions en étudiant les histoires tout à la fois nationales et européennes d’organisations (Businesseurope, CEEP, UEAPME, CNPF/Medef) et les différentes formes de représentation des entreprises et des patrons européens. L’étude de la genèse et de la structuration d’organisations patronales européennes montre le rôle qu’elles jouent dans l’histoire de la construction européenne et la place qu’elles ont acquises dans le fonctionnement de l’Union européenne.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 5. Les identités de l’UEAPME. Sur les conditions d’imposition d’une représentation européenne de « l’autre » patronat (Marc MILET)

Extract

119 CHAPITRE 5 Les identités de l’UEAPME Sur les conditions d’imposition d’une représentation européenne de « l’autre » patronat Marc MILET Maître de conférences en science politique, Université Panthéon Assas (CERSA) L’approche dominante des études européennes sur les groupes d’in- térêt se fonde sur l’idée selon laquelle leur analyse servirait essentielle- ment, si ce n’est uniquement, à comprendre le fonctionnement de l’Union européenne et/ou de la gouvernance internationale. L’essentiel des recherches se focalise dès lors sur le système des interactions privi- légiant une lecture externe, relative à leur contribution à l’action pu- blique, au détriment d’une approche interne1 centrée sur l’action collec- tive en tant que telle et sur la structuration même des organisations. Or, un tel postulat, parce qu’il choisit de s’en tenir à l’étude d’entités réi- fiées et sans histoire, se révèle inapte à saisir la nature véritable d’un groupe d’intérêt européen. Les divergences des organisations membres sur les objectifs à atteindre ne sont pas prises en compte, pas plus que les fondements historiques de la structuration qui conditionnent pourtant durablement la nature des actions entreprises. Ainsi, la présentation issue de la documentation publique de l’Union européenne de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises (l’UEAPME), reprise dans divers travaux de science politique2, tend à faire de la création de l’organisation née en 1979 une structuration ad hoc, issue d’un regroupement de 1 Sur cette diff...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.