Show Less

Les Sagas dans les littératures francophones et lusophones au XXe siècle

Series:

Edited By Marc Quaghebeur

Souvent rapprochée de l’épique alors qu’elle s’en différencie singulièrement, la Saga est passée dans le langage commun au point de se voir employée à tous vents, et souvent loin du sens originaire qui est le sien.
Ce volume entend interroger la permanence et les mutations de ce genre dans les champs littéraires francophones et lusophones du XX e siècle.
Il aborde en conséquence les métamorphoses du genre au contact de la société industrielle ; puis les translations qui s’imposent à l’heure de la reprise du module des Sagas par les mondes diasporiques ; enfin, l’alchimie qui voit la mémoire des vaincus s’en emparer également pour les lier à la permanence des dieux mânes.
Contrastes et contradictions de l’Histoire du XX e siècle se révèlent d’autant mieux dans les différents textes commentés dans ce livre qu’ils décalent tous ou réhabitent à frais nouveaux un genre qui plonge dans l’immémorial.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Leurres et dérivations du genre (fausses) apparences de sagas

Extract

307 Quelles sagas en Suisse romande ? Yves BRIDEL Université de Saint-Gall (Suisse) La première réaction à la question, ressentie comme saugrenue, de savoir s’il y a des sagas en Suisse romande, est de dire qu’il n’y en a pas. En allant un peu au-delà de cette réponse spontanée, et en examinant la production littéraire en Suisse romande après la Première Guerre, nous avons tout de même retenu quelques ouvrages1 qui, à première vue, pourraient être considérés comme des sagas et nous les avons examinés d’un peu plus près selon la définition donnée dans le texte d’appel à communications. Signalons d’abord les quatre romans de Monique Saint-Hélier, pu- bliés chez Grasset entre 1934 et 1955 : Bois-mort, Le cavalier de paille, Le martin-pêcheur et L’arrosoir rouge. Nous avons bien ici un récit couvrant l’histoire, sur plusieurs générations, de trois familles, les Alérac, les Graew et les Balagny. Mais l’essentiel du récit, interrompu à de multiples reprises par des retours en arrière ou des souvenirs, se déroule sur une brève période de temps (un bal) et il est centré sur les personnages et leur psychologie, sans que le cours de l’Histoire n’interfère dans leur vie. Chronique familiale donc, psychologique, n’ayant de la saga que la prise en compte de longues histoires de famille, présentées dans des fragments mêlant le passé au présent, dans l’absence d’un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.