Show Less

Micropolitiques de la biodiversité

Experts et professionnels de la nature

Series:

Céline Granjou

Depuis 20 ans la protection de la nature s’est réarticulée autour de l’idée de biodiversité : ce livre décrit cette transformation et analyse sa portée. Loin du militantisme et de la passion pour la faune et la flore, il montre qu’au tournant du XXI e siècle, la protection de la nature est devenue l’affaire de professionnels, de techniciens et d’experts dans l’exercice quotidien de leur métier. Basé sur une enquête sociologique approfondie, il décrit les tensions et les paradoxes des pratiques et des métiers des professionnels de la nature à l’heure de la gestion de la biodiversité. Car si la protection de la nature s’est affirmée autrefois comme une critique de la société technoscientifique, elle puise désormais résolument dans les répertoires du savoir, de la technologie et de l’expertise : la nature n’a jamais été autant suivie, gérée et étudiée, brouillant les frontières entre sauvage et domestique, naturel et artificiel. Pour autant, ni le cercle des experts ni le corps de techniques et de savoirs de la biodiversité ne sont définitivement fixés et figés. Ils sont au contraire en constante (co)construction. Partant d’une expérimentation de contraception de marmottes pour aboutir aux enjeux des nouvelles sciences de la biodiversité, cet ouvrage invite à un itinéraire buissonnier au cœur des micropolitiques de la biodiversité.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Première partie. Techniques de gestion de la biodiversité. De la contraception à la traçabilité

Extract

PREMIÈRE PARTIE TECHNIQUES DE GESTION DE LA BIODIVERSITÉ DE LA CONTRACEPTION À LA TRAÇABILITÉ 29 Cette partie présente deux configurations concrètes de gestion de la biodiversité : une expérimentation de contraception de marmottes dans un parc national, et le dispositif de suivi scientifique de la population de loups sur le territoire français. Pourquoi débuter avec ces deux exemples ? Ils ont en commun d’illustrer l’expérimentation par les gestionnaires de la nature de techniques peu communes et relativement sophistiquées de suivi et de régulation de la faune sauvage : pour réguler les marmottes, les gestionnaires s’appuient sur une méthode de contra- ception testée sur un petit secteur du territoire d’un parc, tandis que pour dénombrer les loups, ils ont recours à une organisation méthodique faisant se succéder analyses génétiques, calculs probabilistes et biosta- tistiques. Ces techniques ne visent plus à zoner l’espace en en réservant une partie pour la nature et une partie pour les hommes, mais au con- traire à concilier l’existence des animaux sauvages (loups, marmottes) avec les activités humaines, notamment agricoles, sur l’ensemble du territoire national pour le dispositif de dénombrement des loups, sur une portion spécifique du territoire du parc national pour l’expérimentation de marmottes. Il s’agit donc de deux exemples qui, bien que situés à des échelles géographiques différentes, illustrent la montée d’un répertoire de gestion experte de la nature et les enjeux de pouvoir sur...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.