Show Less

L’édition musicale à Bruxelles au XIXe siècle

L’exemple de la maison Schott frères

Series:

Sandrine Thieffry

Ancrée au carrefour de tout l’univers musical, l’histoire de son activité éditoriale constitue l’indispensable cheville d’articulation d’une mécanique plus globale, qui est celle de l’histoire des idées et de l’histoire du goût. Par l’essence même de son rôle de passeur, l’édition de musique se frotta à peu près à tous les aspects de la res musicae : du phénomène créateur à sa réception sociale, en passant par les filières d’apprentissage, les modes d’interprétation et leurs multiples répercussions. Partant de pareil angle de vue, cet ouvrage met en lumière les relations qu’entretinrent avec le monde de la musique – sur un territoire considéré, celui de la Belgique naissante – les professionnels de l’édition, en particulier les fondateurs de la Maison Schott Frères, dont les archives privées ont été récemment mises au jour. Si d’aucuns ont dénoncé une certaine faiblesse esthétique de la musique belge du XIX e siècle – considération que l’on aura par ailleurs la sage courtoisie de tempérer –, ce qui nous aura intéressé ici, dans la foulée des travaux fondamentaux de Marie Cornaz sur le XVIII e siècle, c’est avant tout le vécu de la musique dans ses traces les plus fondamentales : ce qui motiva ceux qui la créèrent, l’interprétèrent, l’écoutèrent, et surtout la diffusèrent.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre III. Une entreprise de négoce

Extract

105 CHAPITRE III Une entreprise de négoce L’un des atouts de la maison Schott frères de Bruxelles, hormis le fait que ses gérants ne se dispersent pas dans une carrière musicale pro- fessionnelle, est celui de leur politique de coopération et d’assimilation. Au lieu de redouter ou d’affronter la concurrence, ils tentent de l’incorporer à leur propre fonds, en sorte que leur entreprise écoule non seulement sa propre production mais aussi celle d’autres éditeurs, notamment parisiens et allemands, dont certains exploitent les mêmes viviers d’auteurs. Un exemple significatif survient à la date du 5 juin 1862 : les Schott annoncent, dans les colonnes du Guide musical, la parution imminente d’une nouvelle édition, revue et complétée, des Œuvres complètes de Ludwig von Beethoven par la société Breitkopf & Härtel. Cette maison d’édition de Leipzig est l’éditeur-propriétaire de plusieurs ouvrages importants du maître de Bonn. L’édition imposante annoncée au public fera, in fine, vingt-quatre séries et sera « complète- ment terminée dans 3 ou 4 ans au plus tard ». Elle sera notamment, lit- on, disponible chez Schott frères, à Bruxelles : Le catalogue détaillé de cette publication sera envoyé aux personnes qui nous en feront la demande ; de même que les premières livraisons seront communiquées à celles qui désireront les voir ; nous espérons que beaucoup d’artistes et amateurs voudront avoir la collection complète, nous accepte- rons néanmoins des souscriptions pour les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.