Show Less

L’édition musicale à Bruxelles au XIXe siècle

L’exemple de la maison Schott frères

Series:

Sandrine Thieffry

Ancrée au carrefour de tout l’univers musical, l’histoire de son activité éditoriale constitue l’indispensable cheville d’articulation d’une mécanique plus globale, qui est celle de l’histoire des idées et de l’histoire du goût. Par l’essence même de son rôle de passeur, l’édition de musique se frotta à peu près à tous les aspects de la res musicae : du phénomène créateur à sa réception sociale, en passant par les filières d’apprentissage, les modes d’interprétation et leurs multiples répercussions. Partant de pareil angle de vue, cet ouvrage met en lumière les relations qu’entretinrent avec le monde de la musique – sur un territoire considéré, celui de la Belgique naissante – les professionnels de l’édition, en particulier les fondateurs de la Maison Schott Frères, dont les archives privées ont été récemment mises au jour. Si d’aucuns ont dénoncé une certaine faiblesse esthétique de la musique belge du XIX e siècle – considération que l’on aura par ailleurs la sage courtoisie de tempérer –, ce qui nous aura intéressé ici, dans la foulée des travaux fondamentaux de Marie Cornaz sur le XVIII e siècle, c’est avant tout le vécu de la musique dans ses traces les plus fondamentales : ce qui motiva ceux qui la créèrent, l’interprétèrent, l’écoutèrent, et surtout la diffusèrent.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre X. La thématique nationale

Extract

305 CHAPITRE X La thématique nationale Au même titre que le romantisme qui s’empare à l’époque d’à peu près toutes les sphères de l’activité artistique, le nationalisme ambiant qui anime alors l’ensemble de la population belge, et dans lequel s’inscrit la maison Schott frères, ne fut certainement pas étranger aux choix éditoriaux qu’elle assuma tout au long de son parcours. On retrouve de la sorte, au sein de son catalogue, une part non négligeable d’œuvres dédiées à la nation, au pays et à son roi. Ce sentiment national, on le sait, ne se circonscrit pas uniquement à la jeune Belgique qui vient de se créer mais concerne l’ensemble de l’Europe contemporaine. Il revêt cependant ici un caractère particulier, à la fois téméraire et fébrile, que l’on perçoit notamment dans les modes de diffusion de la musique. L’émergence du sentiment national Le grand rêve de Palmerston et les manœuvres diplomatiques qui aboutirent à la Conférence de Londres, en instaurant ex nihilo la Belgique, ne l’investirent assurément pas du moindre prestige internatio- nal. Le concept même d’« État-tampon » témoigne de son pur statut de fiction juridique. En France, le gouvernement louis-philippard considère « ce petit pays dépourvu de frontières naturelles, sans véritable histoire nationale propre, comme un fragment soustrait à la grande nation française »1. Ce qu’en pense le chancelier de l’Empire allemand Otto von Bismarck (1815-1898) n’est guère plus...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.