Show Less

Jacques Chevalier (1882–1962) et la philosophie française

Jean-François Petit

Brillant agrégé de philosophie à 21 ans, Jacques Chevalier a contribué, plus que tout autre, au rayonnement de la pensée française dans l’entre-deux guerres. Bon connaisseur de Platon et Aristote, disciple de Bergson, il va parcourir toute l’Europe pour faire connaitre Maine de Biran, Pascal et Descartes, tout en s’intéressant de près à la mystique.
Son travail sans précédent d’historien de la philosophie reste encore à découvrir, moins pour son engagement politique discutable que la profondeur de son travail d’historien de la philosophie.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre Deux. Jacques Chevalier et le Père Pouget : la fidélité de toute une vie

Extract

39 Chapitre deux Jacques Chevalier et le Père Pouget : la fidélité de toute une vie Avec le Père Pouget (1847-1933), Jacques Chevalier, comme d’autres à sa suite, notamment Emmanuel Mounier, va apprendre à conjuguer à ses côtés philosophie et théologie1. Il a raconté lui- même comment il avait rencontré le lazariste à son entrée à l’École normale supérieure en 1901. C’est grâce à l’un de ses amis pris en charge par la grand- mère de Chevalier, Antoine Sévat, entré chez les lazaristes qu’il fit la rencontre qui allait marquer sa vie entière2. Le savant lazariste est généralement connu par le portrait célèbre de Jean Guitton qui le considérait comme le précurseur d’une théologie capable de prendre à bras le corps la ques- tion historique de l’origine de l’Église, des sacrements, du péché originel, du développement du dogme3. On sait aussi que Père Pouget influença précisément Emmanuel Mounier, en confortant son orientation dans une double voie philosophique et religieuse, en l’aidant notamment à distin- guer deux types d’exégèse, l’une critique et l’autre théologique4. Par contre, ce qu’on oublie trop souvent, c’est que la notoriété du laza- riste est en grande partie aussi le fait de Jacques Chevalier. Il fut son disciple, autant sur le plan intellectuel que spirituel, et son plus important éditeur, en recueillant précieusement tous ses propos : « Dès 1901, je notai occasionnellement puis...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.