Show Less

Regards croisés sur la banlieue

Edited By Juliet Carpenter and Christina Horvath

Les banlieues populaires occupent une place particulière dans l’imaginaire français contemporain. Depuis les années 1980, elles se voient progressivement assignées à des images stéréotypées et des identités négatives qui reflètent avant tout les peurs des classes dominantes. Nombreux sont les médias, les politiques et mêmes les chercheurs qui tendent à remettre en cause l’appartenance des banlieues à l’espace commun, contribuant ainsi à l’écart qui les sépare du reste de la société.
Les textes rassemblés dans ce volume s’efforcent à faire entendre les voix et préoccupations authentiques des résidents des « cités sensibles ». Comment débarrasser les banlieues des stigmates qui les enferment ? Comment saisir leur complexité et les multiples facettes de leur réalité ? Comment relever le défi qu’elles posent, développer leur potentiel et saisir les opportunités qu’elles offrent ?
Ce volume collectif fait appel aux spécialistes d’une dizaine de disciplines pour explorer la manière dont les banlieues sont représentées dans les discours publics, la culture populaire et les arts. Rassembler les résultats des dernières recherches dans une quinzaine de chapitres accompagnés de bibliographies détaillées et inviter le lecteur à repenser les enjeux de la ville du demain, telles sont les principales ambitions de cet ouvrage.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

I. Les banlieues – Lieux de vie

Extract

23 « La banlieue » : des dynamiques complexes derrière un mot trop ordinaire Le cas de l’agglomération de Paris Didier DesponDs* et Pierre Bergel** *Université de Cergy-Pontoise et **Université de Caen Introduction La  littérature  scientifique  française,  de  même  que  les  médias,  assimilent volontiers les « banlieues » aux grands ensembles de logements sociaux édifiés  entre  les  années 1950 et 1970. Utilisant  la figure de  la  métonymie1, une telle assimilation est doublement abusive car certains de ces grands ensembles ne sont pas localisés en banlieue (cas de Marseille  ou du Havre) tandis que les banlieues ne sont pas réductibles au logement  social puisqu’elles sont au contraire marquées par une grande diversité. Prenant comme objet les banlieues de l’agglomération parisienne, il  s’agira, en croisant des données sociales et fiscales, de rompre avec ces  facilités, de présenter une image contrastée de ces espaces et d’identifier  les  processus  qui,  depuis  le  début  des  années  1990,  contribuent  à  y  renforcer ou à y atténuer les écarts entre les profils sociaux. Les banlieues  de  Paris  s’inscrivent  au  sein  d’un  système  urbain  en  permanente  évolution,  résultant des flux de plus en plus  intenses  : flux résidentiels  socialement différenciés, mobilités domicile-travail, flux d’entreprises se  réorganisant spatialement, flux de migrations nationales ou étrangères,  flux d’investissements contribuant à la transformation de la ville sur elle- même. Si le terme de « banlieue » est souvent utilisé dans le langage courant avec...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.