Show Less

Se coordonner dans un périmètre irrigué public au Maroc

Contradictio in terminis ?

Series:

Zhour Bouzidi

Se coordonner dans un grand périmètre irrigué public, conçu dans l’idée même d’une coordination hiérarchique par l’État, renvoie-t-il à une contradictio in terminis ? Une question lancinante dans les débats en cours sur les périmètres irrigués de la grande hydraulique qui, en s’accordant sur les limites des modèles institutionnels et réformes successifs, restent toujours en quête d’approches pertinentes pour une bonne gestion de ces périmètres.
La réponse à cette question est a priori affirmative dans le périmètre irrigué du Gharb au Maroc, un périmètre longtemps façonné par un État s’ingérant dans les détails les plus infimes de la vie rurale. Le passage de l’eau du ciel à l’eau de l’État n’a pas marqué seulement les pratiques et le paysage agricole dans ce périmètre mais aussi les discours et les représentations collectives des agriculteurs et des agents de l’administration agricole. Alors : si on cherchait à repenser autrement cette question dans un contexte de redéploiement de l’État et d’émergence de nouvelles dynamiques ?
Tel est l’objectif de ce livre qui se propose d’appréhender la coordination de la gestion des périmètres irrigués de façon différente et originale. Différente, dans son ambition d’inverser le regard porté sur ces périmètres publics en analysant la coordination « par le bas ». Originale, dans son approche qui vise à décrypter la coordination in situ, son sens pratique, ses logiques implicites et explicites, autrement dit les grammaires d’action, en s’imprégnant des dédales des vécus locaux et des rouages de l’anodin et de l’irrégulier. Le livre s’attache à dénouer les fils de la coordination dans trois villages, fils que tissent les communautés locales dans leurs attachements divers avec la production d’agrumes, l’utilisation de l’eau pour l’irrigation et l’accès à la terre.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Première partie. Pratiques de coordination : entre volonté etatique et réalités paysannes

Extract

Première Partie Pratiques de coordination : entre volonté étatique et réalités Paysannes 33 Chapitre I Se coordonner, à la croisée d’une pluralité de logiques Héritage mêlé de la grande hydraulique au Maroc L’irrigation au Maroc est une pratique ancestrale (Pascon, 1977 ; El Faiz, 1993). Les héritages et les vestiges des Romains, des Arabes et des Andalous au Maroc (et en Espagne) comme dans les autres pays du Maghreb témoignent de la splendeur passée dans le domaine de l’hydraulique que l’on retrouve aujourd’hui dans les systèmes irrigués dits traditionnels (Pérennès, 1993). En dépit de la simplicité des techniques utilisées, des règles diverses et vivaces pour l’appropriation et la gestion de l’eau ont été forgées depuis des siècles et sont transmises de génération en génération, témoignant de la vigueur de l’organisation sociale par les sociétés hydrauliques (Ruf et Sabatier, 1994). En revenant sur certains acquis techniques et organisationnels réalisés dans ces périmètres, tout en voulant en corriger les défauts, le développement de la grande hydraulique, lui, s’inscrit dans un projet moderniste d’inspiration coloniale (Kuper, 2011). Au Maroc, l’irrigation moderne fut introduite au cours des années 1920 sous le Protectorat français et se développa plus vigoureusement à partir des années 1960 sous l’État indépendant. Les aménagements hydro- agricoles étaient censés transformer non seulement l’espace physique mais la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.