Show Less

Lotze et son héritage

Son influence et son impact sur la philosophie du XXe siècle

Series:

Edited By Federico Boccaccini

Rudolf Hermann Lotze (1817–1881) fut l’une des figures majeures de la philosophie allemande au XIX e siècle. Philosophe, logicien, psychologue, médecin, il a connu à son époque une renommée extraordinaire. Professeur de philosophie à l’Université de Göttingen, où il succéda à Herbart, il mena un parcours de recherche aussi original qu’influent. Entre romantisme et positivisme, entre naturalisme et historicisme, sa doctrine ne s’est jamais confondue avec les courants les plus importants de son époque. Admirée et suivie, autant en Allemagne qu’à l’étranger, sa pensée fut ensuite, après sa mort, condamnée à l’oubli en raison de son supposé éclectisme méthodologique et, finalement, classée sous la rubrique ambiguë d’« idéal-réalisme ». Le legs de Lotze s’inscrit dans un rapport complexe à la phénoménologie, à la philosophie analytique naissante, au pragmatisme américain et au néokantisme allemand jusqu’à Heidegger. L’analyse de ce legs n’a cependant jamais bénéficié d’une réflexion critique capable d’en mesurer la portée et les limites. Par un travail d’évaluation historico-critique, ce volume se propose de combler cette lacune.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Théorie des concepts sériels (Jocelyn Benoist)

Extract

139 Théorie des concepts sériels Jocelyn Benoist Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, Paris (France) Cassirer, dans Substance et Fonction (Cassirer, 1977 : 33-34), met en avant un apport central de la logique lotzéenne, à savoir la réforme de la notion de concept1. Et en effet, sans doute, pour le débat contemporain, un des aspects les plus intéressants de l’héritage du philosophe allemand réside-t-il dans sa façon très originale d’aborder la question de la suture du conceptuel et de l’expérience, plus précisément, dans sa théorie des concepts perceptuels en tant que concepts sériels. Il paraîtra certainement opportun d’exhumer aujourd’hui des réflexions dont il apparaîtra qu’elles  méritent assurément de trouver leur place dans le débat qui à présent fait rage sur la nature et les limites du conceptuel et du non conceptuel. La notion de contenu La question est formulée, déjà chez Lotze, dans les termes d’une interrogation sur le « contenu » de la perception. Pour donner sa valeur  exacte à ce point, il faut, en un premier temps, rappeler quelques éléments relatifs à cette notion de « contenu » (Inhalt) tel qu’elle est introduite dans la Logique. Le « contenu » au sens où l’entend Lotze est essentiellement contenu représentationnel.  Il  se  définit  comme  ce que nous représentons, par opposition à la simple affection : « Un contenu qui en lui-même signifie  quelque chose, et que nous représentons [et non] une simple affection...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.