Show Less

Duel entre l’Aigle et le Dragon pour le leadership mondial

Series:

Tanguy Struye de Swielande

Malgré les nombreuses études portant sur la relation entre la Chine et les États-Unis, il est relativement peu fréquent que ces analyses abordent le concept de puissance. Celui-ci, bien que souvent réduit à la dimension capacitaire des États, revêt pourtant une complexité théorique, laquelle reflète la richesse analytique de cette notion. En effet, outre les capacités, la puissance comprend des éléments de processus, de relation et de mobilisation des moyens. L’auteur, en construisant son étude autour de ce concept de puissance et en s’appuyant sur un grand nombre de références théoriques, illustrées par des cas pratiques, nous présente une approche à la fois originale dans sa dimension théorique, et nécessaire à une étude comparative de la Chine et des États-Unis.
Si la majorité des thèses actuelles défendent une situation de déclin des États-Unis et la fin de la suprématie de ces derniers sur la scène internationale, l’auteur prend le contrepied de ces positions en soutenant que les États-Unis continuent à tenir leur rôle de leader dans un nouvel ordre international. Le Professeur Struye suggère en ce sens une adaptation de ce rôle en fonction de l’émergence d’autres puissances, dont la Chine, avec comme objectif final de se maintenir en tant que numéro un. Ainsi, allant à contre-courant des études annonçant l’émergence chinoise, cet ouvrage défend in fine la thèse suivante : et si Washington continuait à dominer la scène internationale ?

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract

En ce début de 21e siècle, les relations sino-américaines sont en pleine transformation. De partenaires ayant des objectifs stratégiques communs durant une partie de la guerre froide et les années 1990, la Chine et les États-Unis sont devenus des concurrents, voire des adversaires, sur de nombreux dossiers. La méfiance entre les deux pays est fortement présente et pesante en matière de défense et de sécurité ; illustrent ce fait des événements tels que le bombardement de l’ambassade chinoise à Belgrade en 1999 ou les récentes tensions en mer de Chine du Sud et Orientale, en passant par l’incident de l’EP-3 en avril 2001, la destruction d’un satellite chinois hors usage en 2007 par un missile, les cyberattaques de part et d’autre, et la vente d’armes à Taiwan1. Par ailleurs deux éléments liés posent la question d’une possible dépendance américaine envers la Chine pour certains biens nécessaires à l’industrie de défense : d’une part la dépendance de plus en plus grande des forces militaires vis-à-vis du secteur privé par rapport à certains développements technologiques et d’autre part l’externalisation (outsourcing) d’une partie de la production entre autres vers la Chine2. En matière de politique étrangère, outre la rivalité que se livrent les deux pays en Asie-Pacifique, ils s’opposent également en Asie centrale, en Afrique, en Amérique latine et demain, probablement en Arctique. De la relation entre les États-Unis et la Chine dépendra l’organisation...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.