Show Less

Le cosmopolitisme, de la ville au politique

Enquête sur les mobilisations urbaines à Bruxelles

Series:

Louise Carlier

Capitale européenne et ville d’immigration, Bruxelles est souvent qualifiée de cosmopolite. Si ce terme caractérise des dimensions visibles et perceptibles de la ville renvoyant à la pluralité des groupes qui y cohabitent, il est aussi aujourd’hui au cœur de projets culturels ou politiques proposés par différents acteurs de la vie associative bruxelloise. Comment ce « cosmopolitisme » est-il devenu un projet pour Bruxelles ? Comment cette caractéristique de la ville, qui renvoie à des dynamiques la travaillant depuis les années 1960, était auparavant perçue et problématisée publiquement ? Comment, plus largement, saisir sociologiquement le cosmopolitisme d’un point de vue urbain autant que politique ? Prenant appui sur les approches du cosmopolitisme proposées par la pensée sociologique et politique, et plus spécifiquement sur l’œuvre de R.E. Park de l’École de Chicago, cet ouvrage vise à étudier l’endroit où les dimensions urbaines et politiques du cosmopolitisme se rencontrent empiriquement. Il propose une enquête sociologique sur les mobilisations urbaines à Bruxelles des années 1960 à aujourd’hui qui retrace différentes approches du cosmopolitisme, tout en suivant les mouvements d’ouverture – et de fermeture – de la communauté politique.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract

Bruxelles est une ville souvent qualifiée de cosmopolite. Elle se présente d’une part, comme une « ville globale », son statut de capitale européenne attirant de nombreuses entreprises multinationales et associations internationales ; et d’autre part, comme une ville d’immigration, sa population se composant pour une grande partie d’habitants de nationalités étrangères, nés étrangers ou de parents étrangers. On y croise une diversité de « figures de l’étranger », comme dans toute grande ville certes, mais avec la particularité que, ce mélange y est perceptible, les espaces centraux de la ville contenant cette diversité. De nombreux acteurs bruxellois convoquent aujourd’hui le cosmopolitisme à la fois pour caractériser la ville et pour définir un projet (politique, économique, culturel) pour celle-ci. Si cette notion apparaît à Bruxelles comme une évidence, elle s’impose aujourd’hui au-delà. Le « cosmopolitisme » est un terme qui revient de manière récurrente, tant dans les conversations ordinaires que dans les discours publics, tant dans les articles de presse que dans les ouvrages de sociologie, d’anthropologie et de philosophie pour approcher des objets aussi divers que les pratiques culturelles, les villes, ou l’horizon politique dans le contexte de la globalisation. Mais que signifie, au juste, ce terme ? Son évocation suscite, quelques fois, l’agacement propre aux mots qui, chargés d’une pluralité de significations, semblent perdre de leur force et de leur consistance à mesure qu’ils sont énoncés. Il s’agit pourtant d’un concept au cœur de notre modernité démocratique, empreint de promesses et d’exigences...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.