Show Less

Anna Akhmatova et la poésie européenne

Series:

Edited By Tatiana Victoroff

À partir de la figure centrale d’Anna Akhmatova, emblématique de l’âge d’argent russe, à travers les complexes rapports d’opposition et de filiation que la poésie russe entretient avec l’Europe depuis le début du XIX e siècle, des chercheurs, des poètes, des traducteurs s’interrogent sur l’existence d’une « poésie européenne », unifiée par le regard de celle qui, de son pays à la frontière de deux continents, y est à la fois extérieure et en est très profondément l’héritière. Les notions comparatistes traditionnelles d’analogie, de parenté et d’influence se laissent préciser et affiner au regard d’une œuvre composée comme un immense chœur accordé selon de nouvelles lois et faisant de la parole poétique une source, voire la seule, de l’existence, dépassant peut-être ainsi toute notion de poésie nationale pour toucher à l’universel.
Les contributions de chercheurs comparatistes ou slavisants, français et russes, s’organisent selon plusieurs axes – Akhmatova en dialogue avec les poètes européens ; Akhmatova comme poète européen ; les questions de traduction et de transmission – mais l’ouvrage inclut également les témoignages de poètes et d’intellectuels au sujet de leur rencontre avec Akhmatova ou à travers la lecture de ses vers. Il propose également de nouvelles traductions d’Akhmatova en français. Enfin, des poèmes inédits d’auteurs européens contemporains qui ont composé sous l’inspiration akhmatovienne témoignent de l’écho européen d’une voix contre laquelle la censure s’est acharnée sans l’étouffer et qui reste un surgeon toujours fécond dans la lignée de la poésie la plus existentielle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre VAkhmatova en Europedans les années 1960 : souvenirs

Extract

chapitre V akhmatoVa en europe Dans les années 1960 : souVenirs « Седой венец достался мне недаром… » « Какая есть. Желаю Вам другую… » (1942, Ташкент) « Ma couronne de cheveux gris / je l’ai payée assez cher » « Telle je suis. Je vous en souhaite une autre » (trad. Jean-Louis Backès) Anna Akhmatova au Colisée (promenade à Rome, en compagnie de Libero Bigiaretti, décembre 1964) (Libero Bigiaretti, Profili al tratto, a cura di E. Ragni, Roma, Aracne, 2003, p. 236) 303 Souvenirs d’Italie : réception du prix Etna Taormina Mario luzi1 Souvenir d’Anna Akhmatova2 C’était en 1964 ; depuis quelques mois, mon recueil de poèmes Dans le magma divisait en deux camps opposés les troupes vivaces, quoique nullement déferlantes, de mes lecteurs. Le sens de la transformation des structures du texte poétique que j’y avais opérée en excitait beaucoup, et il échappait à d’autres. C’est pourquoi, quand Giacomo Debenedetti me dit que ce livre venait d’obtenir le prix Etna-Taormina, j’en fus plus content qu’on ne l’est d’habitude dans des occasions de ce genre. Parmi les prix littéraires – déjà nombreux, même s’ils ne s’étaient pas encore multipliés comme aujourd’hui –, celui de Taormina avait un éclat international particulier ; il était très convoité. Les deux sections, italienne et étrangère, œuvraient de concert, et l’on ne remarquait pas de scandaleuses disparités de niveau entre les candidats, quelle que fût leur nationalité. Mon bonheur se trouva donc multiplié quand j’appris que la lauréate du prix étranger était Anna Akhmatova. Je n’avais pas pu...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.