Show Less

DéterminationS

Series:

Edited By Antoine Gautier, Eva Havu and Dan Van Raemdonck

Attestée, de manière métalinguistique ou non, dès le XV e siècle, par le biais également des termes déterminer, déterminé et indéterminé, la notion de détermination est employée tantôt dans la définition de l’adverbe, tantôt dans l’analyse du temps verbal, pour distinguer passé simple et passé composé, tantôt encore pour décrire des relations de dépendance morphologique, tantôt enfin dans le cadre de la sémantique nominale et référentielle.
En grammaire, où se croisent acceptions héréditaires et empruntées, la notion renvoie à une opération de spécification dont les agents sont les déterminants. La tradition chaotique du terme les verse tantôt parmi les classes de mots (adjectifs déterminatifs, non qualificatifs, pour la grammaire scolaire, puis déterminants depuis Wagner et Pinchon (1962), à partir du determiner de Bloomfield (1933)), tantôt parmi les fonctions, tantôt un peu dans les deux. Les différentes théories redessinent les territoires et font voyager les items au gré de la place qui leur est réservée dans leur système.
Les contributions de ce volume visent à approcher et à éclairer davantage, parfois d’une lumière nouvelle, la notion de détermination, qui est encore loin d’être parfaitement circonscrite.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Co-prédications adjectivantes: Le degré de détermination du lien nominal entre les prédications ([Eva Havu] [Michel Pierrard])

Extract

27 Co-prédications adjectivantes Le degré de détermination du lien nominal entre les prédications Eva Havu et Michel Pierrard Université de Helsinki et Vrije universiteit Brussel La notion de détermination est généralement utilisée dans son acception « catégorielle » plutôt que « fonctionnelle ». Elle désigne alors une classe de mots, voire une position dans l’architecture du syntagme nominal (ou éventuellement verbal). Dans la présente étude, nous utiliserons le terme dans sa seconde acception, celle que Muller & Nølke (2011 : 5) appellent la fonction « délimitative »1. Dans cette lecture-là, la détermination ne restreint évidemment pas son champ d’application au nom. Dans son sens « fonctionnel » large, la détermination est associée – c’est précisément le cas dans Muller & Nølke (2011) – au fonctionnement des adjoints et des co-prédications2 : « Un autre aspect de la mise en rapport de la prédication et de la détermination (cette fois dans son sens général) se retrouve dans les adjonctions adverbiales/circonstancielles : de telles adjonctions, qui sont des prédications « actives » (non présupposées) au contraire des prédications intra-nominales, délimitent et précisent le sens des unités dans lesquelles elles s’intègrent : en ce sens, elles relèvent autant de la détermination (au sens large) que de la prédication, la détermination étant ici celle du prédicat central de l’énoncé. […]. Cette détermination ne s’effectue pas de façon univoque, et il n’est pas toujours...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.