Show Less

DéterminationS

Series:

Edited By Antoine Gautier, Eva Havu and Dan Van Raemdonck

Attestée, de manière métalinguistique ou non, dès le XV e siècle, par le biais également des termes déterminer, déterminé et indéterminé, la notion de détermination est employée tantôt dans la définition de l’adverbe, tantôt dans l’analyse du temps verbal, pour distinguer passé simple et passé composé, tantôt encore pour décrire des relations de dépendance morphologique, tantôt enfin dans le cadre de la sémantique nominale et référentielle.
En grammaire, où se croisent acceptions héréditaires et empruntées, la notion renvoie à une opération de spécification dont les agents sont les déterminants. La tradition chaotique du terme les verse tantôt parmi les classes de mots (adjectifs déterminatifs, non qualificatifs, pour la grammaire scolaire, puis déterminants depuis Wagner et Pinchon (1962), à partir du determiner de Bloomfield (1933)), tantôt parmi les fonctions, tantôt un peu dans les deux. Les différentes théories redessinent les territoires et font voyager les items au gré de la place qui leur est réservée dans leur système.
Les contributions de ce volume visent à approcher et à éclairer davantage, parfois d’une lumière nouvelle, la notion de détermination, qui est encore loin d’être parfaitement circonscrite.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Étude d’expressions référentielles nominales étendues (ERNE) au sein de narrations de séquences imagées ([Lucie Rousier-Vercruyssen] [Anne Lacheret] [Marion Fossard])

Extract

85 Étude d’expressions référentielles nominales étendues (ERNE) au sein de narrations de séquences imagées Lucie rousier-vercruyssen1 et 2, anne lacHeret2, Marion fossard1 1Université de Neuchâtel, 2Université Paris Ouest Nanterre la Défense Introduction Lors d’une interaction verbale, le locuteur doit effectuer des choix linguistiques corrélativement à l’information qu’il souhaite communiquer – la question étant, pour le marquage de la référence, d’utiliser le marqueur le plus optimal parmi un vaste ensemble pour permettre à l’interlocuteur d’identifier le bon référent (Clark et Bangerter 2004). D’un point de vue linguistique, la référence s’établit par l’association du sens conceptuel du nom (sens lexical) et du sens instructionnel du déterminant (Gary-Prieur 2011). Selon les approches cognitives de la référence (ariel 1990 ; Gundel Hedberg et Zacharski 1993), le sens instructionnel des déterminants permet de spécifier à l’interlocuteur l’endroit où le référent doit être cherché en mémoire. ainsi, les expressions référentielles sont intrinsèquement liées à l’accessibilité cognitive (aC) du référent qu’elles ciblent dans la représentation du discours. Selon l’échelle d’accessibilité (Ea) (ariel 1990), chaque expression référentielle encode de manière exclusive un degré spécifique d’accessibilité référentielle (cf. Figure 1). DéterminationS 86 Figure 1 : Échelle d’accessibilité (Ariel, 1990) traduite par De Mulder (2000) ainsi, lorsqu’un référent est supposé être non accessible dans la représentation de discours, ce qui est le cas lorsqu’il est utilisé pour...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.