Show Less

DéterminationS

Series:

Edited By Antoine Gautier, Eva Havu and Dan Van Raemdonck

Attestée, de manière métalinguistique ou non, dès le XV e siècle, par le biais également des termes déterminer, déterminé et indéterminé, la notion de détermination est employée tantôt dans la définition de l’adverbe, tantôt dans l’analyse du temps verbal, pour distinguer passé simple et passé composé, tantôt encore pour décrire des relations de dépendance morphologique, tantôt enfin dans le cadre de la sémantique nominale et référentielle.
En grammaire, où se croisent acceptions héréditaires et empruntées, la notion renvoie à une opération de spécification dont les agents sont les déterminants. La tradition chaotique du terme les verse tantôt parmi les classes de mots (adjectifs déterminatifs, non qualificatifs, pour la grammaire scolaire, puis déterminants depuis Wagner et Pinchon (1962), à partir du determiner de Bloomfield (1933)), tantôt parmi les fonctions, tantôt un peu dans les deux. Les différentes théories redessinent les territoires et font voyager les items au gré de la place qui leur est réservée dans leur système.
Les contributions de ce volume visent à approcher et à éclairer davantage, parfois d’une lumière nouvelle, la notion de détermination, qui est encore loin d’être parfaitement circonscrite.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Les zones grises de la détermination (Marc Wilmet)

Extract

235 Les zones grises de la détermination Marc WilMet Université Libre de Bruxelles au seuil de cet exposé, un bref regard en arrière ne sera peut-être pas inutile1. Compulsant ma bibliographie personnelle, je trouve une première allusion à la détermination et aux déterminants dans un article de 1977 intitulé de façon programmatique « Pour une description objective du syntagme nominal ». Quelques études isolées ont suivi : « Les déterminants du nom ou la Querelle des anciens et des Modernes » (1982); « Les déterminants du nom en français. Essai de synthèse » (1983); « La détermination des noms propres » (1986); « La grammaire et les grammairiens du syntagme nominal » (1986), chacune préparant le livre La détermination nominale (1986), muni du sous-titre Quantification et caractérisation. Les discussions linguistiques, à l’époque, tournaient autour de la catégorisation des articles, des adjectifs qualificatifs et des adjectifs déterminatifs de la tradition française vs les adjectifs et les déterminants du distributionalisme américain issu de Bloomfield (1933). Une dizaine d’années d’enseignement m’ont permis au contact des étudiants de clarifier les choses pour mon compte et d’affermir la théorie, sans grande modification désormais entre la première édition de la Grammaire critique du français (1997) et la cinquième édition (2010), pourtant complètement rénovée sur une série de points. En bref, je considère qu’adjectif est une étiquette de nature et déterminant une étiquette de fonction, à l’encontre,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.