Show Less

La phrase autonome

Théorie et manifestations

Series:

Edited By Jean-Claude Anscombre, Bernard Darbord, Alexandra Oddo and César García de Lucas

Les problèmes que pose une approche linguistique de la phrase autonome ne sont pas nouveaux : ils reviennent à l’ordre du jour par suite de l’intérêt porté à des champs qui n’avaient pas été encore assez envisagés comme objet d’étude. Ainsi les proverbes et les sentences, les routines formulaires, les phrases situationnelles ; mais aussi des thèmes plus anciennement connus mais quelque peu négligés, comme les exclamatives ou encore les phrases averbales.
Il faut aborder d’abord le problème de la définition de la phrase autonome : on admet généralement qu’il s’agit d’unités phrastiques ayant comme caractéristiques d’être syntaxiquement indépendantes de leur entourage (autonomie syntaxique) et d’être interprétables sans recours à cet entourage (autonomie sémantique).
Par ailleurs, les phrases autonomes sont considérées par beaucoup comme des unités figées, ce qui interroge d’une part leur statut lexical et d’autre part leur relation exacte au figement, dans la mesure où certains cas semblent peu convaincants.
Le but de l’ouvrage est de faire le point sur ces questions en réunissant des chercheurs travaillant dans tout ou partie de ce domaine, et sur une ou plusieurs langues.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

I) La phrase autonome : aspects théoriques

Extract

19 De l’autonomie sémantique de la « phrase » alain Berrendonner Université de Fribourg 1. La phrase, le retour ? Pendant des siècles, les grammairiens du français ne se sont pas souciés de définir a priori leurs objets d’étude, se contentant de prélever dans les discours, sous les noms de proposition puis de phrase, des fragments délimités intuitivement1, sans garantie que ceux-ci forment une classe d’unités homogène quant à leur structure et leur fonction. Mais depuis quelques décennies, l’élargissement du domaine de la linguistique au « trans phrastique » d’une part, et la prise en compte des données orales d’autre part, ont mis à l’ordre du jour le problème de l’articulation des discours : comment segmenter ceux-ci en unités qui (i) constituent une catégorie linguistique consistante, et (ii) aient le statut de totalités grammaticales autonomes, justiciables d’une étude indépendante ? Sur quels critères empiriques fonder cette segmentation ? Ces questions ont pour enjeu non seulement l’analyse des chaînes parlées, mais au-delà, la division des modèles en composantes, et le bornage des domaines respectifs de la syntaxe et de la pragmatique du discours, ce qui ne manque pas de susciter ici ou là des réponses théoriques visant à la défense des territoires. Parmi les solutions imaginées ces derniers temps pour identifier dans les discours des unités autonomes, certaines font appel à des critères sémantiques. Il s’agit d’une part de tentatives faites pour l...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.