Show Less

L’œuvre de Vladimir Nabokov au regard de la culture et de l’art allemands

Survivances de l’expressionnisme

Series:

Alexia Gassin

Jusqu’à présent, les études nabokoviennes ont tendance à ignorer l’influence de la culture allemande sur l’œuvre de Vladimir Nabokov. Ce faisant, elles se conforment aux propos de l’écrivain qui a fréquemment déclaré que, malgré ses quinze années passées en Allemagne (1922–1937), il a toujours évité tout contact avec la langue et l’univers allemands. Pourtant, bien que l’émigration russe à Berlin vive en vase clos, les frontières entre les mondes russe et allemand ne sont pas si étanches, ce qui apparaît nettement dans les fréquentes allusions littéraires de l’écrivain à des œuvres de littérature, de cinéma et de peinture allemandes.
Le présent ouvrage a donc pour objectif de lire l’œuvre de Nabokov dans le contexte de l’art allemand de la fin du XIX e et du début du XX e siècle, notamment de l’esthétique expressionniste et de trois de ses grands thèmes majeurs, à savoir l’altération du psychisme humain, l’ambivalence de la figure féminine et la représentation de la grande ville. Il vise ainsi à proposer une nouvelle interprétation des œuvres russes de Nabokov, à reconstruire le contexte culturel berlinois (cinéma et peinture) dans lequel ces dernières furent créées et à montrer que l’écrivain n’était pas si hermétique à la culture allemande qu’il voulait bien le laisser entendre.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Première partie Le psychisme comme pouvoir manipulateur

Extract

Lorsque nous étudions les domaines de la médecine, de l’art et de la littérature, nous pouvons observer que le thème de la folie a traversé ces sphères du savoir depuis l’Antiquité. Néanmoins, la façon de l’aborder change selon les époques en fonction du développement de nouvelles théories scientifiques et de nouveaux concepts esthétiques. En ce qui nous concerne, nous nous intéresserons tout particulièrement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. C’est en effet à cette époque que le terme de psychisme se voit accorder une place importante dans les ouvrages allemands édités au moment de la naissance de la psychanalyse1, estimée à la date du 21 septembre 18972, et de la découverte de nouvelles idées en matière de psychopathologie et de psychologie. De nombreux auteurs explorent alors l’appareil psychique de l’être humain et le rattachent aux notions de maladie (psychose) et de folie, un thème réactualisé par Sigmund Freud dans son essai Das Ich und das Es (Le Moi et le Ça) (1923) et par l’utilisation récurrente par le psychanalyste du terme « inconscient », consacré dans Einige Bemerkungen über den Begriff des Unbewussten in der Psychoanalyse (Quelques remarques sur le concept d’inconscient en psychanalyse) (1912). Les études sur le psychisme se poursuivent dans les années 1910 et 1920 grâce, entre autres, aux travaux de Carl gustav Jung (Die psychologischen Typen – Les types psychologiques, 1921)...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.