Show Less

Forme(s) et modes d’être / Form(s) and Modes of Being

L’ontologie de Roman Ingarden / The Ontology of Roman Ingarden

Series:

Edited By Olivier Malherbe and Sébastien Richard

Le présent ouvrage est un recueil d’articles de chercheurs internationaux sur l’apport à l’ontologie du phénoménologue polonais Roman Ingarden. Il contient des contributions sur des thèmes aussi divers que la dépendance existentielle, les catégories ontologiques, les modes d’être, la substance, la causalité, la forme, l’idéalisme ou encore l’ontologie des objets fictifs. Ce volume démontre que la pensée d’Ingarden ne se limite pas à la phénoménologie et à l’histoire de celle-ci, mais est susceptible d’apporter une contribution singulière à la recherche métaphysique contemporaine.
This books is a collection of papers written by international researchers on the contribution to ontology of the Polish phenomenologist Roman Ingarden. It contains texts of such various themes as ontological dependency, ontological categories, modes of being, substance, causality, form, idealism and the ontology fictional objects. This book shows that Ingarden’s thought goes beyond phenomenology and its history, and could be of a valuable interest for contemporary metaphysical research.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Y a-t-il une ontologie existentielle ? Sur l’architectonique ontologique d’Ingarden (Sébastien Richard)

Extract

25 Y a-t-il une ontologie existentielle ? Sur l’architectonique ontologique d’Ingarden Sébastien richard Chargé de recherche du FRS-FNRS, Université libre de Bruxelles Depuis Kant, l’architectonique est « l’art des systèmes », un art « essentiellement gouverné par un souci de classement »1. En simplifiant quelque peu, nous pourrions dire que l’architectonique a pour tâche la classification des différents types de connaissances et l’établissement des relations entre celles-ci. Nous nous intéresserons dans cet article à l’organisation architectonique de la philosophie d’Ingarden. Plus précisément, nous voudrions étudier et interroger la pertinence de la partie ontologique de son organisation architectonique. Ingarden identifie essentiellement trois types de connaissances philosophiques : la théorie de la connaissance, la métaphysique et l’ontologie. Les relations entre la première et les deux autres sont fondamentales pour le développement de la philosophie ingardénienne dans la mesure où c’est sur ces relations que porte une bonne part du différend entre le philosophe polonais et Husserl au sujet du problème idéalisme-réalisme. Nous laisserons néanmoins cet aspect de côté, pour nous concentrer sur les relations entre les différents types d’ontologies distingués par Ingarden – ontologies existentielle, formelle et matérielle – et sur leurs rapports à la métaphysique. L’organisation architectonique de la philosophie d’Ingarden mérite d’autant plus d’être examinée qu’elle a été contestée par plusieurs auteurs contemporains. Certains ont ainsi remis en cause la distinction ingardénienne entre métaphysique et ontologie2, d’autres celle entre ontologie...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.