Show Less
Restricted access

Les guerres balkaniques (1912–1913)

Conflits, enjeux, mémoires

Series:

Edited By Catherine Horel

Les contributions réunies dans cet ouvrage sur les guerres balkaniques se veulent une interrogation sur leur impact international et dans les sociétés concernées, elles questionnent également la mémoire qu’elles y ont laissée et le rôle de celle-ci dans les relations interétatiques.
Les auteurs s’intéressent tout d’abord aux conflits régionaux et aux questions territoriales, à l’expérimentation de la guerre et à la notion de patrie, aux relations entre civils et militaires, aux bandes armées. Un deuxième thème concerne plus particulièrement l’Empire ottoman puis la Turquie à travers l’importance de la Méditerranée, les indépendances successives des pays balkaniques, le devenir des villes ottomanes. La troisième partie renvoie à une tendance actuelle de la recherche qui entreprend de faire l’histoire des interventions internationales et des opérations de paix : l’action de la fondation Carnegie ; la spécificité de la diplomatie balkanique ; l’absence des grandes puissances et la fin du concert européen. Enfin, la quatrième partie traite des mémoires des guerres balkaniques : imagologie, censure et caricature ; les propagandes comparées des belligérants et des grandes puissances ; lieux de mémoire ; pour une écriture commune de l’histoire du conflit.
Show Summary Details
Restricted access

Mémoire ou oubli des guerres balkaniques en République de Macédoine ?

1. Les Macédoniens – victimes passives ou acteurs des guerres balkaniques ? Les stratégies d’interprétation de l’engagement macédonien dans les guerres

Extract



Tchavdar MARINOV

École française d’Athènes

Toute discussion sur la mémoire des guerres balkaniques en république de Macédoine donne inévitablement lieu à un constat paradoxal : même si son territoire est au cœur des actions militaires de 1912-1913 et bien que la domination sur la Macédoine constitue la cause de l’éclatement de la Seconde Guerre balkanique, l’ancienne République yougoslave a un récit historique plutôt rudimentaire au sujet de ces événements. Elle n’a pas de pratiques établies et institutionnalisées de commémoration de cette période non plus. Le seul épisode des guerres qui existe visiblement dans les discours de la « mémoire nationale » – et qui constitue un « lieu » particulier de mémoire – est l’issue des guerres : le traité de Bucarest (le 10 août 1913) et la partition de la grande « Macédoine géographique » entre ses trois voisins (la Grèce, la Serbie et la Bulgarie). Bien que la majorité des Macédoniens connaissent, sans doute, cet épisode et que la partition de la « Macédoine géographique » constitue une référence fondamentale de l’idéologie nationale macédonienne, les guerres qui l’ont entraînée restent relativement peu discutées dans l’historiographie. Même chose pour l’espace public.

Cette contribution essaie d’expliquer pourquoi cette impression s’impose au niveau des recherches historiques spécialisées en république de Macédoine, aussi bien pendant qu’après la p...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.