Show Less
Restricted access

Les guerres balkaniques (1912–1913)

Conflits, enjeux, mémoires

Series:

Edited By Catherine Horel

Les contributions réunies dans cet ouvrage sur les guerres balkaniques se veulent une interrogation sur leur impact international et dans les sociétés concernées, elles questionnent également la mémoire qu’elles y ont laissée et le rôle de celle-ci dans les relations interétatiques.
Les auteurs s’intéressent tout d’abord aux conflits régionaux et aux questions territoriales, à l’expérimentation de la guerre et à la notion de patrie, aux relations entre civils et militaires, aux bandes armées. Un deuxième thème concerne plus particulièrement l’Empire ottoman puis la Turquie à travers l’importance de la Méditerranée, les indépendances successives des pays balkaniques, le devenir des villes ottomanes. La troisième partie renvoie à une tendance actuelle de la recherche qui entreprend de faire l’histoire des interventions internationales et des opérations de paix : l’action de la fondation Carnegie ; la spécificité de la diplomatie balkanique ; l’absence des grandes puissances et la fin du concert européen. Enfin, la quatrième partie traite des mémoires des guerres balkaniques : imagologie, censure et caricature ; les propagandes comparées des belligérants et des grandes puissances ; lieux de mémoire ; pour une écriture commune de l’histoire du conflit.
Show Summary Details
Restricted access

Les guerres balkaniques une victoire diplomatique et nationale. Le cas de la Serbie

1. La victoire diplomatique

Extract

Les guerres balkaniques: une victoire diplomatique et nationale

Le cas de la Serbie

Vojislav PAVLOVIĆ

Institut d’Études balkaniques, Académie serbe des sciences et des arts

Les guerres de 1912-1913 ont fait l’effet d’une véritable révolution dans l’histoire des Balkans. Des siècles de pouvoir ottoman ont été effacés par une guerre qui en tout ne dura que quelques mois. Les Ottomans durent se retirer de Novi Pazar, Valona (Vlorë) et Larissa, pour se replier sur Constantinople. L’éclatante victoire des alliés balkaniques fut aussi celle du principe national. Un empire d’origine médiévale, à caractère religieux malgré les récentes réformes des Jeunes Turcs, fut remplacé par un ensemble d’États nationaux, dont les frontières restaient une pomme de la discorde entre les alliés victorieux. À l’époque, la victoire des alliés balkaniques fut une énorme surprise. Jusqu’alors toutes les tentatives des nations balkaniques pour se libérer du joug ottoman par elles-mêmes s’étaient soldées par un échec cuisant nécessitant une médiation des grandes puissances afin de les mettre à l’abri de la réaction ottomane. Or, cette fois, l’issue de la guerre ne faisait aucun doute. Lors de la Conférence de Londres (décembre 1912-mai 1913), les grandes puissances ne purent que proclamer la victoire du principe national et, dans cette perspective, elles permirent la création de l’État albanais, qui doit sa naissance à l’importance...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.