Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1949 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Series:

Edited By Ministère des Affaires étrangères

Une grande affaire du premier semestre 1949 est le Pacte atlantique. Parallèlement la mise sur pied de l’Allemagne occidentale bat son plein, autour de la question de la « Loi fondamentale » de la future RFA. Les deux dossiers sont étroitement liés ; la France doit définitivement revoir sa politique allemande, mais on admet désormais que la priorité, c’est la résistance face à l’URSS  ; il faut empêcher celle-ci d’utiliser l’Allemagne. Le but n’est plus de morceler l’Allemagne, mais de l’incorporer dans un système de sécurité occidental.
Autre grand souci : l’Indochine. On suit les négociations complexes avec l’empereur Bao Dai. On parvient cependant aux accords du 8 mars 1949. Paris se montre très restrictif et frileux. Mais on s’inquiète des répercussions en Indochine de la défaite de Tchang Kai Tchek face aux communistes chinois. Cependant les États-Unis commencent, en raison de cette inquiétude, à mieux comprendre la position française à l’égard du problème indochinois. Décidément la politique extérieure française entre dans une nouvelle phase.
Show Summary Details
Restricted access

172. Note de la direction d’Afrique-Levant (Bureau d’Afrique). Impressions recueillies au cours de la session du Conseil de tutelle de février-mars 1949

Extract

(Bureau d’Afrique)

Impressions recueillies au cours de la session du Conseil de tutelle de février-mars 1949

N.

Paris, 28 mars 1949.

Confidentiel.

 

Les questions les plus importantes discutées au Conseil de tutelle (session ouverte le 22 janvier 1949) devaient être la question de la mission de visite, celle des unions administratives et la discussion des rapports des territoires.

La session s’est ouverte dans une atmosphère de cordialité et de travail : malgré le désir évident de certains membres du Secrétariat de voir la session se prolonger pendant plusieurs mois et même de faire du Conseil un organe permanent, la date de réunion de la session spéciale de l’Assemblée générale (1er avril) permit de limiter à la dernière semaine de mars les travaux du Conseil, et d’établir un emploi du temps précis qui fut respecté presque jusqu’à la fin.

Peu de figures nouvelles dans la délégation sauf dans la délégation soviétique dirigée par M. Soldatov, et dans la délégation irakienne, composée de trois personnes siégeant à tour de rôle.

La Présidence appartenait cette année à M. Liu-Chieh, chef de la délégation chinoise. La lenteur voulue que ce dernier imprime aux débats, ses hésitations, ses subtilités et ses voltes faces ont été sans doute dues en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.