Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1949 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Series:

Edited By Ministère des Affaires étrangères

Une grande affaire du premier semestre 1949 est le Pacte atlantique. Parallèlement la mise sur pied de l’Allemagne occidentale bat son plein, autour de la question de la « Loi fondamentale » de la future RFA. Les deux dossiers sont étroitement liés ; la France doit définitivement revoir sa politique allemande, mais on admet désormais que la priorité, c’est la résistance face à l’URSS  ; il faut empêcher celle-ci d’utiliser l’Allemagne. Le but n’est plus de morceler l’Allemagne, mais de l’incorporer dans un système de sécurité occidental.
Autre grand souci : l’Indochine. On suit les négociations complexes avec l’empereur Bao Dai. On parvient cependant aux accords du 8 mars 1949. Paris se montre très restrictif et frileux. Mais on s’inquiète des répercussions en Indochine de la défaite de Tchang Kai Tchek face aux communistes chinois. Cependant les États-Unis commencent, en raison de cette inquiétude, à mieux comprendre la position française à l’égard du problème indochinois. Décidément la politique extérieure française entre dans une nouvelle phase.
Show Summary Details
Restricted access

19. Note du Département. Chine

Extract

Chine

N.

Paris, 8 janvier 1949.

Depuis la perte de ses quatre concessions et l’abandon de l’exterritorialité, la France n’a plus en Chine la place éminente qu’elle y occupait avant la guerre. Néanmoins, les intérêts qu’elle y possède encore, sans être comparables à ceux de la Grande-Bretagne, représentent dans les domaines politique, culturel et commercial, un ensemble d’importance.

1) Au point de vue politique, les problèmes dominants sont ceux que posent, pour l’Indochine, le voisinage immédiat de la Chine sur une frontière commune de près de 1 200 kilomètres, et l’immigration chinoise dans notre ancienne colonie.

2) Au point de vue culturel, la France exerce par ses établissements scientifiques et humanitaires, laïcs et religieux (Institut Pasteur de Shanghaï, hôpitaux Calmette et Doumer à Kunming et Canton, observatoire de Zikawei, universités « L’Aurore » à Shanghaï, des « Hautes Études » à Tientsin, et les innombrables hôpitaux et écoles des missions catholiques) une influence considérable sur la formation d’une grande partie des élites chinoises.

3) Au point de vue commercial, nos intérêts sont représentés par la Cie des Tramways de Shanghaï et l’Énergie électrique de Tientsin qui assurent d’importants services publics ; par des maisons d’importation et d’exportation Olivier-Chine, Rondon, Charbonnages du Tonkin, etc. ; par des établissements bancaires et des sociétés foncières : la banque de l’Indochine, la Société Foncière et Immobilière de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.