Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1949 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Series:

Edited By Ministère des Affaires étrangères

Une grande affaire du premier semestre 1949 est le Pacte atlantique. Parallèlement la mise sur pied de l’Allemagne occidentale bat son plein, autour de la question de la « Loi fondamentale » de la future RFA. Les deux dossiers sont étroitement liés ; la France doit définitivement revoir sa politique allemande, mais on admet désormais que la priorité, c’est la résistance face à l’URSS  ; il faut empêcher celle-ci d’utiliser l’Allemagne. Le but n’est plus de morceler l’Allemagne, mais de l’incorporer dans un système de sécurité occidental.
Autre grand souci : l’Indochine. On suit les négociations complexes avec l’empereur Bao Dai. On parvient cependant aux accords du 8 mars 1949. Paris se montre très restrictif et frileux. Mais on s’inquiète des répercussions en Indochine de la défaite de Tchang Kai Tchek face aux communistes chinois. Cependant les États-Unis commencent, en raison de cette inquiétude, à mieux comprendre la position française à l’égard du problème indochinois. Décidément la politique extérieure française entre dans une nouvelle phase.
Show Summary Details
Restricted access

197. M. Baelen, Ambassadeur de France à Varsovie, à M. Schuman, Ministre des Affaires étrangères

Extract

M. BAELEN, AMBASSADEUR DE FRANCE À VARSOVIE,

       À M. SCHUMAN, MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES1.

D. n° 250.

Varsovie, 7 avril 1949.

Depuis la publication de la déclaration de M. Wolski (la dépêche de ce poste n° 214 du 23 mars)2 la crise des relations entre l’Église et l’État est ouverte. Chacune des parties fait appel au pays.

Le gouvernement poursuit son action sur deux plans. D’une part, il suscite un mouvement d’opinion pour créer l’impression que son attitude telle que l’a définie le ministre de l’Administration publique reçoit l’appui des masses. De l’autre, il mène contre le clergé, l’Église et le Vatican, une campagne de diffamation d’une violence et d’une ampleur jamais atteintes.

Le pouvoir central utilise pleinement ses moyens. Grâce à son appareil de contrainte et à la terreur qu’inspire la police, il obtient la signature de motions approuvant sa politique religieuse. Les associations ouvrières, les syndicats, les sociétés savantes, les organisations diverses de toute la Pologne sont mises en demeure d’y souscrire. Le parti du travail (SP) créé par des chrétiens progressistes et qui se prétend toujours d’inspiration catholique a donné une nouvelle preuve de sa servilité en se solidarisant avec la déclaration de M. Wolski. La presse insère jour après jour le texte des motions tandis que les éditorialistes vantent la sagesse et la libéralité de la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.