Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1949 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Series:

Edited By Ministère des Affaires étrangères

Une grande affaire du premier semestre 1949 est le Pacte atlantique. Parallèlement la mise sur pied de l’Allemagne occidentale bat son plein, autour de la question de la « Loi fondamentale » de la future RFA. Les deux dossiers sont étroitement liés ; la France doit définitivement revoir sa politique allemande, mais on admet désormais que la priorité, c’est la résistance face à l’URSS  ; il faut empêcher celle-ci d’utiliser l’Allemagne. Le but n’est plus de morceler l’Allemagne, mais de l’incorporer dans un système de sécurité occidental.
Autre grand souci : l’Indochine. On suit les négociations complexes avec l’empereur Bao Dai. On parvient cependant aux accords du 8 mars 1949. Paris se montre très restrictif et frileux. Mais on s’inquiète des répercussions en Indochine de la défaite de Tchang Kai Tchek face aux communistes chinois. Cependant les États-Unis commencent, en raison de cette inquiétude, à mieux comprendre la position française à l’égard du problème indochinois. Décidément la politique extérieure française entre dans une nouvelle phase.
Show Summary Details
Restricted access

260. Note de la Direction d’Asie-Océanie. Vers une Chine communiste

Extract

Vers une Chine communiste

N.

Paris, 30 avril 1949.

Les échanges de vues basés sur l’étude des nombreuses informations fournies tant au Foreign Office qu’au Département par les postes de Chine qui eurent lieu à Londres les 14 et 15 mars derniers, entre le Directeur d’Asie et son collègue britannique, montrèrent que tant à Londres qu’à Paris, on était dès cette époque arrivé à la conclusion que les dirigeants chinois du Nord devaient être considérés comme d’authentiques communistes et qu’en conséquence il fallait s’attendre à de graves développements quant à la manière dont seraient traités les intérêts étrangers dès l’établissement du pouvoir communiste sur la vallée du Yang-Tsé et la ville de Shanghaï, artère et cœur de l’économie chinoise.

Dans le même temps cependant il apparaissait que le Département d’État se refusait à des conclusions aussi formelles et entretenait encore l’espoir que les communistes chinois, eu égard à la dépendance de l’économie chinoise vis-à-vis de l’Occident, seraient tenus à de grands et durables ménagements vis-à-vis des Occidentaux. Il est vrai qu’en opinant en sens contraire, le Département d’État, déterminé à ne plus accorder aucun soutien à la Chine du Kouomintang, eut risqué de donner prise aux critiques d’une minorité américaine agissante dans l’opinion et au Congrès, qui persistait à réclamer la continuation de l’aide américaine à Tchang Kaï-chek...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.