Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1949 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Series:

Edited By Ministère des Affaires étrangères

Une grande affaire du premier semestre 1949 est le Pacte atlantique. Parallèlement la mise sur pied de l’Allemagne occidentale bat son plein, autour de la question de la « Loi fondamentale » de la future RFA. Les deux dossiers sont étroitement liés ; la France doit définitivement revoir sa politique allemande, mais on admet désormais que la priorité, c’est la résistance face à l’URSS  ; il faut empêcher celle-ci d’utiliser l’Allemagne. Le but n’est plus de morceler l’Allemagne, mais de l’incorporer dans un système de sécurité occidental.
Autre grand souci : l’Indochine. On suit les négociations complexes avec l’empereur Bao Dai. On parvient cependant aux accords du 8 mars 1949. Paris se montre très restrictif et frileux. Mais on s’inquiète des répercussions en Indochine de la défaite de Tchang Kai Tchek face aux communistes chinois. Cependant les États-Unis commencent, en raison de cette inquiétude, à mieux comprendre la position française à l’égard du problème indochinois. Décidément la politique extérieure française entre dans une nouvelle phase.
Show Summary Details
Restricted access

28. M. Bonnet, Ambassadeur de France à Washington, à M. Schuman, Ministre des Affaires étrangères

Extract

M. BONNET, AMBASSADEUR DE FRANCE À WASHINGTON1,

       À M. SCHUMAN, MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES2.

D. n° 76.

Washington, 11 janvier 1949.

La composition du Congrès reflète la victoire remportée le 2 novembre par les démocrates. Ces derniers ont acquis dans les deux Chambres une confortable majorité. Au Sénat, ils sont 54 sur 96, à la Chambre, 262 sur 433. Au Congrès précédent, dominé par les Républicains, ceux-ci étaient proportionnellement moins nombreux. Ils étaient 51 au Sénat et 246 à la Chambre. Cette majorité a été gagnée en même temps que M. Truman était confirmé par le vote populaire dans les fonctions auxquelles il avait accédé en quelque sorte accidentellement, du fait de la mort prématurée de son prédécesseur ; les démocrates sont donc convaincus que le peuple américain leur a donné mandat de mettre en œuvre le programme énoncé pendant la campagne électorale. Ce sentiment est d’autant plus net que ce programme est celui dont l’adoption avait été rejetée par la majorité républicaine et que le thème essentiel de la campagne du Président fut la critique de l’attitude de l’opposition. La session extraordinaire de juillet dernier avait contribué à définir nettement la politique respective des deux partis, notamment en matière de législation ouvrière, d’instruction publique et de mesures de progrès et d’assistances sociales.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.