Show Less
Restricted access

Fernand Herman

La passion de l’Europe

Series:

Françoise Jurion-de Waha

Passionné d’Europe, d’une Europe à la grande ambition politique et humaniste, ainsi se définit Fernand Herman en 1979. Ce fils d’agriculteur hesbignon qui, déjà, allait à l’étranger enrichir son expérience, après des études de droit et d’économie, suivies d’un voyage aux États-Unis, participe à la mise en place des fondements financiers de l’État du Congo.
Revenu en Belgique, à la tête de la Société nationale d’investissement, il se construit une connaissance profonde du tissu industriel, une expérience bien utile lorsqu’il est choisi comme ministre des Affaires économiques du gouvernement Tindemans en 1975. Rude expérience que celle-là dans un gouvernement fragile, face aux crises successives.
Élu lors des premières élections directes du Parlement européen en 1979, Fernand Herman y est, durant 20 ans, un « pilier », un des plus actifs, des plus entreprenants, des plus écoutés. Membre du comité Dooge, héritier spirituel d’Altiero Spinelli, fédéraliste convaincu, pédagogue, héraut du combat des coûts induits par la non-Europe, auteur de rapports essentiels comme celui sur l’Union économique et monétaire et celui sur une Constitution pour l’Europe, il demeure actif, à sa retraite, à la Convention pour l’avenir de l’Europe de 2002.
Quarante années d’histoire de la Belgique et de l’Europe revivent ici, appréhendées par les yeux d’un passionné d’Europe, d’un acteur lucide et d’un analyste perspicace et informé.
Show Summary Details
Restricted access

La passion de l’Europe

← 164 | 165 → La passion de l’Europe

Extract

Depuis sa jeunesse, Fernand Herman a pris conscience de l’importance de l’unification de l’Europe. Son père voyageait, comparait les progrès de l’agriculture, avait compris qu’il fallait harmoniser le secteur.

En s’occupant, à l’Université de Louvain, du Cercle européen, il a l’occasion de rencontrer des personnalités marquantes, et notamment Paul-Henri Spaak dont le discours à l’ONU en 1948, Nous avons peur, l’avait tellement marqué au Collège.

Actif à La Relève, où les préoccupations européennes avaient pris au fil du temps de plus en plus d’importance, il affine ses connaissances en ce domaine.

À la SNI, avec Henri Neuman, il avait contribué, avec la société similaire italienne IRI, à la création d’une sorte d’association européenne des holdings publics.

Après son mariage, son épouse, une ardente européenne qui travaille à la Commission, le plonge dans la vie quotidienne de la Commission.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.