Show Less
Restricted access

Les mutations de la sidérurgie mondiale du XXe siècle à nos jours / The Transformation of the World Steel Industry from the XXth Century to the Present

Series:

Edited By Charles Barthel, Ivan Kharaba and Philippe Mioche

La sidérurgie a joué un rôle moteur dans l’éclosion du monde industrialisé moderne. Quoique son importance relative par rapport à l’ensemble des économies globalisées soit aujourd’hui en recul, il n’en demeure pas moins que, grâce à un processus d’adaptation permanente aux nouvelles données d’un environnement qui change de plus en plus rapidement, elle occupe toujours une place de choix. Aussi ses innombrables implications technologiques, commerciales, politiques, diplomatiques, culturelles et sociales font-elles apparaître l’utilité de faire le point sur deux siècles de mutations dans une démarche comparative à vocation essentiellement historique, mais également ouverte à d’autres disciplines.
Changes in the world steel industry have been faster in the late twentieth century than in all previous periods. The Transformation of the World Steel Industry from the Twentieth Century to the Present aims to scientifically describe and study the transformations which occurred in all areas of that industry. Its positioning in the contemporary period allows a multidisciplinary and comparative reflection about the origins and forms of these technological, commercial, political, diplomatic, cultural and social changes.
Show Summary Details
Restricted access

L’émergence d’un leader asiatique de la sidérurgie : POSCO (1968-2010) (Dominique Barjot, Rang-Ri Park-Barjot)

Extract

Dominique BARJOT et Rang-Ri PARK-BARJOT

Université Paris Sorbonne (Paris IV)

La Corée du Sud s’impose aujourd’hui comme l’une des économies résistantes à la crise.1 Elle se situe aujourd’hui, par le montant de son produit national brut au treizième ou quatorzième rang mondial.2 Il est vraisemblable, comme le montrent les prévisions de l’OCDE ou de l’ONU, qu’elle maintiendra ce rang en 2051, en dépit de la montée des puissances émergentes. Elle le devra au déclin relatif de l’Amérique du Nord (Canada) et de l’Europe (Espagne, Italie). Bénéficiant aujourd’hui du quinzième fonds souverain mondial, elle se situe au onzième rang en termes de compétitivité, derrière l’Allemagne, les États-Unis, le Royaume-Uni et le Japon, mais devant le Canada, la France, l’Australie, l’Espagne, l’Italie, la Chine et l’Inde. Entre 2000 et 2007, elle s’affichait comme le leader mondial en termes de gains de productivité horaire du travail. Elle tire toujours bénéfice de la puissance de ses ← 299 | 300 → groupes : Samsung Electronics (38e rang mondial), LG (67e), Hyundai Motors (82e) et SK Holding (87e).3

Surtout, elle se caractérise par l’importance de ses dépenses de recherche-développement. En 2010, elle se situait au sixième rang mondial par le niveau de ses dépenses de recherche-développement, derrière les États-Unis, le Japon, la Chine, l’Allemagne et la France, mais au cinquième en pourcentage du produit national brut : 3 %...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.