Show Less
Restricted access

Action locale et développement rural en Europe

Le modèle européen LEADER 2007–2013

Series:

Pascal Chevalier

Cet ouvrage a un triple objectif. Il permet d’abord de revenir sur l’émergence de nouveaux espaces et scènes de l’action publique locale et sur la diversification des ressources mobilisées par les acteurs qui contribuent à la construction pluraliste des politiques d’aménagement rural. Il permet aussi d’interroger les différentes caractéristiques des transformations de l’action publique dans un contexte de nouvelles formes de coordination entre acteurs publics et acteurs privés. Dans une perspective résolument géographique, cet ouvrage permet enfin d’appréhender le territoire comme lieu de gestion et de projets de développement rural.
Partant de ces trois entrées, ce livre questionne l’action publique en prenant comme exemple la politique européenne de développement rural. Au-delà de son contenu intrinsèque et de son mode d’élaboration, c’est sa mise en œuvre dans les territoires ruraux qui retient ici l’attention. Tout en faisant preuve « d’interdiscipline » – c’est-à-dire sans évacuer les emprunts très nombreux et les apports variés disciplinaires et a-disciplinaires – le sens de ce livre est alors de contribuer, via l’analyse de la mise en œuvre des politiques de développement rural en Europe, à cette géographie de l’action publique à définir entre acteurs et territoires ruraux.
Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 6 Vers un nouveau mode de gouvernance territoriale ?

Extract

| 159 →

CHAPITRE 6

Vers un nouveau mode de gouvernance territoriale ?

La gouvernance territoriale portée par le discours LEADER se veut le vecteur d’une recomposition de l’action publique à l’échelle locale1. À ce titre, elle doit consolider – voire amorcer dans certains pays qui font leur première expérience du développement local (comme c’est le cas en Hongrie) – les reconfigurations des systèmes d’acteurs locaux engagés dans l’action publique2. C’est dans cette optique qu’il convient de replacer le programme LEADER en tant que politique de développement territorial dont l’objectif est de mettre en relation les différents acteurs qui composent la scène locale. Les institutions nationales n’ont plus le monopole d’une action publique qui fait largement appel à la capacité d’intervention de multiples acteurs. Mais le caractère ascendant de l’approche LEADER favorise-t-il une meilleure intégration des citoyens aux mécanismes de la participation publique ?

Par nature, la gouvernance territoriale impulsée par le programme LEADER tend à traduire une « désinstitutionalisation » du paysage public local. En outre, passer du gouvernement à la gouvernance peut être vu à la fois comme une volonté de démocratisation (démocratie participative), ou encore de qualité et de performance de l’action publique (multiplication des partenariats public/privé). G.Stoker3 donne d’ailleurs une illustration assez explicite de cette « désinstitutionalisation » dans sa définition de la gouvernance : « la gouvernance se rapporte à l’élaboration de styles de gouvernement dans lesquels les frontières entre le secteur public et priv...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.