Show Less
Restricted access

Principes d’économie de l’innovation

Series:

Edited By Sophie Boutillier, Joëlle Forest, Delphine Gallaud, Blandine Laperche, Réseau de Recherche sur l'innovation, Corinne Tanguy and Leïla Temri

L’innovation ou l’introduction de toutes sortes de nouveautés dans l’économie, devient un réel sujet d’étude dans la seconde partie du 20 e siècle et, à partir des années 1970, s’immisce dans les cursus universitaires d’économie, de management, de sociologie, d’ingénierie, etc. L’innovation constitue l’intersection de trois thématiques clés : la croissance, le changement technique, l’évolution du comportement et des performances des entreprises et des organismes publics.
Ce livre présente les derniers travaux en économie et en management de l’innovation et combine l’analyse théorique avec la description de différentes réalités saillantes extraites du monde des affaires, de la science, de la technologie et des institutions. Il présente une vision élargie de l’innovation fondée sur l’étude des acteurs de l’innovation (entrepreneurs, entreprises, État, institutions financières, laboratoires de recherche, etc.), sur l’analyse des mésosystèmes d’innovation (réseaux, secteurs, territoires) et sur les fondements des politiques publiques de l’innovation.
Les auteurs traitent de manière didactique, sous un regard historique et prospectiviste, les problématiques liées aux enjeux (risques et opportunités) de la mutation des modes actuels de production, de consommation et d’organisation de l’activité économique et sociale.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2. Petite histoire des modèles d’innovation (Joëlle Forest)

Extract

← 44 | 45 → CHAPITRE 2

Petite histoire des modèles d’innovation

Joëlle FOREST

Introduction

Un bref survol de l’analyse économique montre que la question de l’innovation est récurrente. Citons quelques moments clefs.

Suite à des enquêtes approfondies menées dans les années 1830 au sein des manufactures anglaises, C. Babbage expliquait leur développement par un flot continu d’innovations organisationnelles qui permettaient une division accrue du travail matériel, comme l’avait déjà noté A. Smith, mais aussi intellectuel, et d’innovations techniques, notamment mécaniques, qui garantissaient une plus grande intensité, une plus grande régularité des opérations de production et une meilleure qualité du produit fini.

La période qui fit suite à la crise de 1929 et s’étendit jusqu’à la Seconde Guerre mondiale alimenta des contributions relatives à l’innovation aujourd’hui reconnues comme fondamentales par les économistes. Ceci est particulièrement vrai des travaux de J. Schumpeter qui à l’époque suscitèrent un faible intérêt de la part de ses contemporains.

Après-guerre, les « trente glorieuses », caractérisées par une croissance d’une durée et d’une ampleur exceptionnelles, ainsi que par des bouleversements scientifiques et techniques présents dans tous les secteurs économiques, connurent une foison d’écrits tentant d’expliquer le rôle, ou de mesurer l’effet, de l’innovation sur la croissance et le développement économique. Nombre d’économistes étaient alors persuadés de l’irréversibilité du mouvement de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.