Show Less
Restricted access

Principes d’économie de l’innovation

Series:

Sophie Boutillier, Joëlle Forest, Delphine Gallaud, Blandine Laperche, Réseau de Recherche sur l'innovation, Corinne Tanguy and Leïla Temri

L’innovation ou l’introduction de toutes sortes de nouveautés dans l’économie, devient un réel sujet d’étude dans la seconde partie du 20e siècle et, à partir des années 1970, s’immisce dans les cursus universitaires d’économie, de management, de sociologie, d’ingénierie, etc. L’innovation constitue l’intersection de trois thématiques clés : la croissance, le changement technique, l’évolution du comportement et des performances des entreprises et des organismes publics.
Ce livre présente les derniers travaux en économie et en management de l’innovation et combine l’analyse théorique avec la description de différentes réalités saillantes extraites du monde des affaires, de la science, de la technologie et des institutions. Il présente une vision élargie de l’innovation fondée sur l’étude des acteurs de l’innovation (entrepreneurs, entreprises, État, institutions financières, laboratoires de recherche, etc.), sur l’analyse des mésosystèmes d’innovation (réseaux, secteurs, territoires) et sur les fondements des politiques publiques de l’innovation.
Les auteurs traitent de manière didactique, sous un regard historique et prospectiviste, les problématiques liées aux enjeux (risques et opportunités) de la mutation des modes actuels de production, de consommation et d’organisation de l’activité économique et sociale.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 15. Financiarisation, gouvernance et impacts sur le management de l’innovation (Yvon Pesqueux)

Extract

← 218 | 219 → CHAPITRE 15

Financiarisation, gouvernance et impacts sur le management de l’innovation

Yvon PESQUEUX

Introduction

Avant tout, partons de l’évidence de l’apparition d’un nouveau type d’actionnaire à partir du début de la décennie 1980, celui d’un capitalisme « mutualiste » représentatif de la montée en puissance des fonds de placement et, parmi eux, des fonds de pension. C’est d’ailleurs ce qui va poser la question de l’exercice et du contrôle du pouvoir et justifier, dans la décennie 1990, l’importance accordée aux actionnaires (et en particulier à certains d’entre eux) dans la gouvernance des entreprise (corporate governance). La primauté accordée depuis cette époque aux actionnaires va susciter, en dualité, une réceptivité aux demandes issues de la société dont la réponse va reposer sur le développement du thème de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) (approche micro-économique du développement durable) qui apparaît comme un stimulant majeur des logiques d’innovation aujourd’hui. Ce texte est structuré en trois temps. Dans un premier temps, nous présentons le contexte de la financiarisation du monde marqué par la réapparition de la rente financière. La seconde partie définit la corporate governance, et la troisième partie analyse deux conséquences de la montée en puissance de la corporate governance : la tension rentabilité – innovation et le développement de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE).

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.