Show Less
Restricted access

Le mélodrame filmique revisité / Revisiting Film Melodrama

Series:

Dominique Nasta, Muriel Andrin and Anne Gailly

Dans une confrontation inédite des approches francophones et anglo-saxonnes signées par des experts internationalement reconnus aussi bien que par de jeunes chercheurs, Le mélodrame filmique revisité propose d’ouvrir le champ d’études vers de nouvelles perspectives historiques et esthétiques. En effet, le mélodrame souffre, depuis ses débuts cinématographiques, d’une exploitation péjorative qui restreint le « mode mélodramatique » à la manipulation des émotions du public et à une representation excessive sur le plan esthétique. Minimisé, expédié, ce genre mérite pourtant d’être enfin l’objet d’une revalorisation à travers des approaches innovantes et un corpus élargi à la télévision, l’animation et l’internet.
Revisiting Film Melodrama brings forth pioneering French and English-speaking approaches from internationally known experts as well as by young researchers, aiming to broaden the research area through new historical and aesthetic perspectives. Indeed, film melodrama has too often been under-estimated, most surveys having essentially focused on the audience’s emotions and on excessive representations, often neglecting the complexities of the «melodramatic mode». More than ever, melodrama as film genre requires a comprehensive, multi-layered re-appraisal which includes references to the genre at work on television, animation and the internet.
Show Summary Details
Restricted access

Queen Elizabeth (1912), le mélodrame et la formation du feature film (Jean-Marc Leveratto)

Extract

← 144 | 145 → Queen Elizabeth (1912), le mélodrame et la formation du feature film

Jean-Marc LEVERATTO

Université de Metz

L’étude de la carrière américaine du film Queen Elizabeth, avec Sarah Bernhardt, peut nous aider à appréhender la genèse du mélodrame cinématographique d’un point de vue sociologique. Ce point de vue sociologique ne se réduit pas à utiliser les films comme des indices du goût d’un groupe social.1 La sociologie du cinéma, comme le suggère Marcel Mauss dans un texte célèbre,2 fait partie de la “technologie”, au sens de l’étude des techniques et de leur évolution sous l’effet de leur transmission dans le temps et de leur circulation dans l’espace, leur passage d’une société à une autre. L’élaboration de la technique cinématographique est inséparable de la circulation internationale des films et de leur appropriation, grâce à leur traduction, par des spectateurs membres de cultures différentes. Une sociologie historique du mélodrame cinématographique doit donc le réinsérer non seulement dans une production nationale mais dans une consommation cinématographique internationale. Queen Elizabeth, en tant qu’adaptation anglaise d’un film français, se prête particulièrement bien, du fait du succès commercial qu’il remporte aux États-Unis et de la valeur mélodramatique que lui confère sa traduction en anglais, à l’élaboration de cette sociologie historique.

Queen Elisabeth, un “objet intermédiaire”

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.