Show Less
Restricted access

Le mélodrame filmique revisité / Revisiting Film Melodrama

Series:

Dominique Nasta, Muriel Andrin and Anne Gailly

Dans une confrontation inédite des approches francophones et anglo-saxonnes signées par des experts internationalement reconnus aussi bien que par de jeunes chercheurs, Le mélodrame filmique revisité propose d’ouvrir le champ d’études vers de nouvelles perspectives historiques et esthétiques. En effet, le mélodrame souffre, depuis ses débuts cinématographiques, d’une exploitation péjorative qui restreint le « mode mélodramatique » à la manipulation des émotions du public et à une representation excessive sur le plan esthétique. Minimisé, expédié, ce genre mérite pourtant d’être enfin l’objet d’une revalorisation à travers des approaches innovantes et un corpus élargi à la télévision, l’animation et l’internet.
Revisiting Film Melodrama brings forth pioneering French and English-speaking approaches from internationally known experts as well as by young researchers, aiming to broaden the research area through new historical and aesthetic perspectives. Indeed, film melodrama has too often been under-estimated, most surveys having essentially focused on the audience’s emotions and on excessive representations, often neglecting the complexities of the «melodramatic mode». More than ever, melodrama as film genre requires a comprehensive, multi-layered re-appraisal which includes references to the genre at work on television, animation and the internet.
Show Summary Details
Restricted access

Cinématoscopie mélodramatique du réel : le cas de Satoshi Kon (Eric Dumont)

Extract

← 380 | 381 → Cinématoscopie mélodramatique du réel : le cas de Satoshi Kon

Eric DUMONT

Université Libre de Bruxelles

Sennen joyû (Millennium Actress), le deuxième long métrage de Satoshi Kon est certainement emblématique de son obsession d’un cinéma d’animation réaliste au moyen duquel, par les allers-retours entre réel et imaginaire, mémoire et inconscient, ce mangaka converti aux vertus de l’image animée veut démontrer que « le rêve naît de la réalité » et, dans le même temps, insiste sur « l’inverse [qui] est tout aussi vrai ».1 Par-delà le récit même de Millenium Actress2 et l’ultra-réalisme3 de sa démarche expressive, trois hypothèses étaieront plus avant notre investigation de sa programmatique mélodramatique :

1. Celle du lien qu’établit Peter Sloterdijk entre les néovisibilités4 et la phénoménologie, entre une “recherche” conçue comme « une suite ← 381 | 382 → d’invasions incessantes de l’intelligence dans le dissimulé » et le postulat phénoménologique de la sortie d’“objets” vers l’apparition ; en bref, celui d’une similarité rapportée entre l’implicite et l’explicite : « La phénoménologie, affirme-t-il, est la science narrative de l’explicitation de ce qui, au départ, ne pouvait être donné que sous une forme implicite ».5 Implicite signifie ici : supposable dans un état de non déploiement, tenant dans l’immobilité cognitive d’une sombre proximité ; devenir explicite, au contraire, c’est être emporté par le flot...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.